Journée contre les violences faites aux femmes : "Ne restez pas seule", exhorte Emmanuel Macron

Journée contre les violences faites aux femmes : "Ne restez pas seule", exhorte Emmanuel Macron
Emmanuel Macron à Paris, le 12 novembre 2020.

, publié le mercredi 25 novembre 2020 à 13h06

"La première chose à faire c'est alerter, dénoncer", a insisté le chef de l'État, qui a incité les victimes à utiliser les numéros de téléphone ou les plateformes internet et à contacter les forces de l'ordre.

"L'essentiel, c'est que vous ne vous taisiez pas. L'essentiel, c'est que vous ne restiez pas seule".

Emmanuel Macron a profité mercredi 25 novembre de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes pour s'adresser aux Françaises. Il a appelé les victimes de violences à utiliser les dispositifs d'alerte ou d'hébergement existants, dans une vidée diffusée sur les réseaux sociaux, assurant qu'endiguer les violences faites aux femmes était "la grande cause de (son) quinquennat".

"Nous ne lâcherons rien, je vous le promets", a-t-il ajouté, avant un Conseil des ministres consacré à ces violences mercredi. "Oui, les violences domestiques augmentent pendant les périodes de confinement, c'est une réalité, et ce ne doit jamais être une fatalité", a estimé le président.


"La première chose à faire c'est alerter, dénoncer", a-t-il dit, que ce soit sur le numéro de téléphone 39 19, par SMS au 114 ou encore sur la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr. "N'hésitez jamais" à contacter les policiers ou les gendarmes, a-t-il ajouté, soulignant la mise en place de points d'alerte dans les pharmacies ou les grandes surfaces. 

"À toutes celles qui ont encore peur de quitter leur foyer, je veux qu'elles sachent qu'elles ne se retrouveront pas seules", a promis le chef de l'État, en rappelant qu'en 2021 "mille nouvelles places" d'hébergement seraient créées, comme en 2020. 

De son côté le député LR Aurélien Pradié, à l'origine d'une loi sur le bracelet antirapprochement pour les conjoints violents, a affirmé sur twitter qu'"il faudra tellement plus que des symboles, des pin's et des slogans pour être à la hauteur de ce combat", tandis que l'eurodéputé EELV Yannick Jadot appelait: "Donnons nous les moyens de stopper l'inacceptable".

Chaque année, quelque 220.000 femmes subissent des violences conjugales et 93.000 sont victimes de viol ou tentative de viol. Paroxysme de ces violences, 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex en 2019, soit 25 de plus que l'année précédente. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.