Jobs étudiants, premier emploi et Garantie jeune étendue : le gouvernement fait un geste pour les jeunes

Jobs étudiants, premier emploi et Garantie jeune étendue : le gouvernement fait un geste pour les jeunes
Le Premier ministre Jean Castex et la ministre du Travail Elisabeth Borne ont fait des annonces en faveur des jeunes le 26 novembre 2020.

, publié le jeudi 26 novembre 2020 à 13h19

Le Premier ministre a annoncé jeudi la création de "20.000 jobs étudiants" et l'extension de la Garantie jeunes à "au moins 200.000 jeunes", soit un doublement de ses bénéficiaires, ainsi qu'un dispositif pour aider les jeunes diplômés à trouver leur premier emploi.

"Ce n'est pas facile d'avoir 20 ans en 2020", concédait il y a quelques semaines Emmanuel Macron. Entre les cours à distance, l'absence de vie sociale et la difficultés de trouver des petits boulots, les jeunes subissent en effet de plein fouet la crise du Covid-19.

Pour les aider, le Premier ministre Jean Castex a annoncé plusieurs mesures jeudi 26 novembre lors de sa conférence de presse destinée à détailler l'allègement du confinement.




"Nous allons créer 20.000 jobs étudiants dont la mission sera de venir en soutien des étudiants décrocheurs notamment au cours des premières années", a déclaré le chef du gouvernement. "Ces contrats seront passés par les Crous pour une durée de 4 mois, à raison de 10 heures par semaine" et représenteront un "investissement de l'Etat à hauteur de 50 millions d'euros", a-t-il précisé. Le 12 novembre, le gouvernement avait évoqué le recrutement de 1.600 étudiants de novembre à janvier.

La Garantie jeunes, qui propose une allocation mensuelle (d'un montant maximal de 484 euros) et un accompagnement renforcé en mission locale pendant un an aux jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont "ni en emploi ni en études ni en formation" et "en situation de précarité financière", sera par ailleurs étendue. Elle bénéficiera en 2021 à "au moins 200.000 jeunes", soit un doublement de ses bénéficiaires, a également annoncé Jean Castex. 

Notant que "la crise économique pénalise l'insertion des jeunes sur le marché du travail", le chef du gouvernement a indiqué que le gouvernement allait "aussi aider les jeunes diplômés qui ont fini leurs études et ont de vraies difficultés, compte tenu de la crise, à trouver leur premier emploi". Cette aide prendra la forme d'un "dispositif spécifique" avec à la fois un accompagnement par Pôle emploi ou l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) et le "bénéfice d'une allocation financière", a-t-il détaillé.

La ministre du Travail, Élisabeth Borne, a cité le cas d'une "jeune diplômée" qui, en raison de la crise, aurait des difficultés à trouver un emploi. "Ses parents ne peuvent pas l'aider, elle finançait ses études par un petit boulot de serveuse, mais avec la crise elle ne trouve plus de travail, elle est donc sans ressources. Nous allons l'aider financièrement le temps de sa recherche", avec "un soutien financier sur mesure jusqu'à 500 euros par mois", a-t-elle dit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.