Jeunes, femmes, électeurs du RN et de LFI... Qui sont les abstentionnistes des régionales ?

Jeunes, femmes, électeurs du RN et de LFI... Qui sont les abstentionnistes des régionales ?
Des bulletins de vote.

publié le lundi 21 juin 2021 à 11h45

Selon une étude Ipsos-Sopra Steria, les électeurs considèrent que ce scrutin ne changera rien à leur vie quotidienne et ont souhaité exprimer leur mécontentement à l'égard des hommes politiques en général.

Selon les estimations des instituts de sondage, l'abstention a atteint dimanche 20 juin entre 66,1% et 68,6% au premier tour des élections régionales et départementales, c'est-à-dire que deux électeurs sur trois ne sont pas allés voter. Il s'agit là d'un record tous scrutins confondus en France, hors référendum.

Jusqu'à présent, l'abstention la plus élevée pour un premier tour des régionales datait de 2010 avec 53,67%. Qui sont les abstentionnistes ?



Selon le sondage Ipsos-Sopra Steria "Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes" pour Radio France, France TV, LCP et Public Sénat*, les abstentionnistes sont d'abord les plus jeunes. Ainsi, chez les moins de 35 ans, 8 personnes sur dix ne sont pas allés voter : l'abstention s'est montée à 87% chez les 18-24 ans et à 83% chez les 25-34 ans. A l'inverse, les personnes de plus de 70 ans sont proportionnellement les plus nombreuses à être allées voter : l'abstention s'est montée à 40% dans cette tranche d'âge. Et la participation diminue ensuite avec l'âge : chez les 60-69 ans et les 50-59 ans, 56% ne se sont pas rendus aux urnes, un chiffre qui passe à 71% chez les 35-49 ans. 

Autre enseignement de cette étude, les femmes, tous âges confondus, se sont plus abstenues que les hommes. Plus de sept électrices sur dix (72%) ne sont pas allées voter, contre 59% des électeurs. 

En outre, selon cette sociologie des électorats, les électeurs qui se sont le plus abstenus dimanche sont ceux qui ont voté, lors de l'élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen (73%), Jean-Luc Mélenchon (67%) et Nicolas Dupont-Aignan (67%). Ceux qui avaient voté François Fillon lors de la dernière présidentielle se sont mobilisés, avec 44% d'abstention. Parmi les électeurs d'Emmanuel Macron, 60% se sont abstenus. Ils sont 55% à ne pas être s'être rendus aux urnes parmi les électeurs de Benoit Hamon.

Ces tendances se retrouvent aussi lorsque les personnes sondées sont interrogées sur leur proximité partisane : 69% des sympathisants du Rassemblement national se sont abstenus, 65% des électeurs de gauche (PCF/LFI/PS/EELV), 61% des sympathisants Modem, 57% des électeurs LREM et 55% des électeurs de droite (LR/UDI).

Pourquoi tant d'abstention pour ces élections ? Selon l'enquête, la principale raison est le désintérêt des électeurs : 39% des abstentionnistes estiment en effet que ces élections ne changeront rien à leur vie quotidienne, 21% d'entre eux estiment également que les conseillers régionaux n'ont pas beaucoup de capacité d'action pour améliorer la situation dans leur région et un sur cinq souligne que ces élections ne l'intéressent pas.

En outre, plus d'un abstentionniste sur cinq indique que l'abstention est un moyen de manifester son mécontentement à l'égard des hommes politiques en général (23%). Autre raison de s'abstenir, citée par 22% des concernés : aucune liste ou aucun candidat ne leur plaît.

Selon Céline Braconnier, spécialiste de l'abstention et directrice de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, "c'est extrêmement inquiétant qu'entre deux présidentielles, on n'arrive plus à mobiliser les électeurs sauf ceux qui votent par habitude ou par devoir". "Avec une abstention pareille, l'électorat qui vote est beaucoup plus âgé, beaucoup plus stable et installé. Cela induit des effets sur les politiques publiques, car les élus font aussi une politique pour les électeurs...", souligne-t-elle.  
 
Dans un tweet partagé lundi 21 juin dans la matinée, le Premier ministre Jean Castex a appelé solennellement les Français à se déplacer dimanche 27 juin pour le deuxième tour des élections. "Faire gagner l'abstention, c'est faire perdre la démocratie. Nous devons tous, collectivement, la combattre. Ce n'est pas une formule mais une exigence républicaine. Aujourd'hui, je lance un appel solennel à tous nos concitoyens, à vous toutes et tous : dimanche prochain, votez !", a écrit Jean Castex.


*Sondage Ipsos-Sopra Steria "Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes" pour Radio France, France TV, LCP et Public Sénat, réalisé auprès de 3.001 personnes inscrites sur les listes électorales et représentatives de la population française interrogées par internet du 16 au 19 juin. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.