Jean-Michel Blanquer veut refonder l'école maternelle

Jean-Michel Blanquer veut refonder l'école maternelle
Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, le 11 septembre 2017 à Paris.

Orange avec AFP, publié le samedi 06 janvier 2018 à 16h00

Jean-Michel Blanquer veut s'attaquer au chantier de l'école maternelle. Dans une interview publiée ce samedi 6 janvier par Ouest-France, le ministre de l'Éducation annonce l'organisation d'assises de la maternelle en mars prochain.

Objectif ? Faire de la maternelle "l'école de l'épanouissement et du langage".

Jean-Michel Blanquer souligne que le langage "est aujourd'hui la première des inégalités qui se traduit par la quantité de vocabulaire maîtrisé à l'entrée en maternelle". Lors de la dernière rentrée de septembre, le ministre avait déjà souligné vouloir "développer le langage écrit et oral en maternelle, afin de réduire les inégalités". Il avait aussi annoncé que le budget de l'Éducation passerait de 49,3 à 50,5 milliards d'euros dès 2018.

UNE MISSION CONFIÉE AU NEUROSPYCHIATRE BORIS CYRULNIK

L'école maternelle doit donner à l'enfant l'appétit d'apprendre", explique-t-il. Elle doit être "un bain de langage, le moyen d'acquérir un vocabulaire riche". "La formation des professeurs et des intervenants à l'école maternelle sera l'un des sujets majeurs des assises", poursuit-il. Il s'agira alors de "revoir les formations initiales et continues, peut-être d'aller jusqu'à des formes de certification, mais également de créer de nouveaux outils pédagogiques, dont certains à l'adresse des parents".



"L'école maternelle doit revenir une locomotive pour toute l'école, synonyme de bonheur et non d'angoisse. Une école de la confiance", ajoute-t-il. Pour cela, le ministre compte s'appuyer sur le neurospychiatre Boris Cyrulnik. Ce dernier vante notamment les mérites de la méthode de l'attachement, dont les fondements "peuvent s'apprendre simplement et facilement". Celle-ci est axée sur "le langage, le comportement, et l'attitude de l'enseignant envers l'enfant".



Pour favoriser le plaisir d'apprendre, le ministre souhaite également améliorer les relations entre les intervenants et les élèves mais aussi l'environnement de l'école (salles de classe, cantine, toilettes, etc.). "Tout a son importance et devra être étudié dans le cadre des assises".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU