Jean-Luc Mélenchon s'en prend à "sa seigneurie Macron Ier"

Jean-Luc Mélenchon s'en prend à "sa seigneurie Macron Ier"
Le député La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, le 2 juillet 2018.

Orange avec AFP, publié le vendredi 06 juillet 2018 à 10h20

Dans un discours cinglant jeudi 5 juillet à Marseille contre "sa seigneurie Macron Ier", qui se "rêve en roi des riches", le chef de file de La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, a exhorté les Français à se mobiliser contre la réforme des régimes de retraite programmée en 2019 par l'exécutif.

Pour le député des Bouches-du-Rhône, cette lutte sera "la mère de toutes les batailles", car la retraite par points est "une arnaque". "La retraite par répartition, c'est la prunelle de nos yeux", a-t-il mis en garde lors d'un discours d'une heure en plein air, cours Julien, au cœur d'un quartier de bars, ateliers d'artistes et boutiques artisanales, où sortent de nombreux jeunes tous les week-ends. Selon l'ancien candidat à l'élection présidentielle, les cadres ne doivent pas "faire les malins", car le chef de l'État a l'intention "de leur faire les poches, comme aux prolos".



"Si vous vous contentez d'écouter ce qu'on vous raconte, le seul problème ce serait les immigrés", a-t-il poursuivi. "Mais je ne suis pas d'accord (avec le fait) que l'immigration soit la question numéro un (...) On veut parler de sécurité sociale et de partage des richesses", a-t-il insisté, en lançant un appel aux syndicats sur ce thème : "Les organisations syndicales, je vous demande de vous réunir, et de former un comité de défense de la sécurité sociale, et nous vous suivrons".

"Le dogme stupide du ruissellement des richesses"

"Ce type là, il sait ce qu'il veut", a-t-il répété, au sujet du président de la République : "Il va changer notre mode de vie, il l'a déjà fait sur le code du travail, sur le logement social, et maintenant c'est la sécu !" Refusant que "toutes les conquêtes sociales soient détruites par des gens illuminés par le dogme stupide du ruissellement des richesses", Jean-Luc Mélenchon a alerté une nouvelle fois contre le "coup d'État social" qui serait mené par le chef de l'État, "ce petit monsieur, sa seigneurie Macron 1er, dans son bureau de tête d'œufs".



Appelant à la résistance à la fois en France mais aussi au niveau européen, Jean-Luc Mélenchon a plaidé la cause de la coalition "Maintenant le peuple" construite par LFI avec Podemos en Espagne, le Bloco de Esquerda au Portugal, ou encore l'alliance rouge-verte danoise, le Parti de gauche suédois ou l'Alliance de gauche finlandaise : "Aux élections européennes de 2019, en même temps que vous voterez LFI, vous voterez Podemos, vous voterez pour une seule et même famille unie contre les fascistes".

Car "la peste brune a recommencé, (avec) les fachos, il faut les appeler par leur nom", a-t-il insisté, en mentionnant le chancelier autrichien Sebastian Kurz et les ministres de l'Intérieur allemand et italien Horst Seehofer et Matteo Salvini. "La résistance doit être européenne", a insisté Jean-Luc Mélenchon, notamment sur le plan économique et social, en mettant en garde contre "le modèle allemand et ses 12 millions de pauvres".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.