Jean-François Copé veut une loi interdisant le burkini

Jean-François Copé veut une loi interdisant le burkini
Jean-François Copé à l'inauguration de son siège de campagne en mai 2016 (archive).
A lire aussi

publié le jeudi 18 août 2016 à 11h00

- Le candidat à la primaire de la droite et du centre a assuré jeudi sur France Info qu'il mettra en place un "code de la laïcité" s'il est élu président de la République en 2017. -

Le burkini, Jean-François Copé n'en veut pas.

Le député-maire de Meaux et candidat à la primaire de la droite et du centre a estimé ce matin sur France Info que cette tenue de bain islamique couvrante représente "une énième provocation des intégristes islamistes". Il représente même un "délitement progressif " qui fait suite à "bien d'autres événements depuis des années auxquels ont répondu nos renoncements successifs".



"Si cette histoire de burkini a défrayé la chronique, ce n'est pas par hasard", estime Jean-François Copé. Selon lui, le burkini, qui n'est pas un habillement, représente "une atteinte à l'égalité entre les hommes et les femmes". Il se dit par ailleurs "frappé de voir le silence gêné des responsables politiques, y compris des candidats à la primaire".

UN "CODE DE LAÏCITÉ" INTERDISANT LE BURKINI

"On ne peut pas en rester là", déclare le maire de Meaux, qui appelle à "trancher vraiment cette question". Pour ce faire, Jean-François Copé propose que le burkini soit interdit par la loi.

Comme il l'écrivait mercredi 17 août sur son blog de campagne, s'il est élu président de la République en 2017, il mettra en place par ordonnance "un code de la laïcité qui fixera une bonne fois pour toutes [...] ce qui est compatible ou ce qui ne l'est pas dans l'exercice des cultes". En plus du burkini, il préconise également l'interdiction du port du voile dans tous les établissements publics.

Si rien n'est fait, "il ne faut pas s'étonner de voir monter les tensions communautaristes, qui sont dans le contexte que nous connaissons aujourd'hui une alerte très grave", estime enfin le candidat à la primaire de la droite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.