"Je te parle comme je veux ma cocotte" : la maire de Paimpol dénonce les propos sexistes de son prédécesseur

"Je te parle comme je veux ma cocotte" : la maire de Paimpol dénonce les propos sexistes de son prédécesseur
L'ancien maire de Paimpil, Jean-Yves de Chaisemartin, le 23 janvier 2019.

publié le mercredi 28 avril 2021 à 21h33

Accusé d'avoir tenu des propos sexistes à l'encontre de sa successeure Fanny Chappé, l'ancien maire UDI de Paimpol Jean-Yves de Chaisemartin a expliqué qu'il "regrettait (s)es propos", mais qu'il "assum(ait) sur le fond", dénonçant "l'autoritarisme" de l'élue. 

"J'ai le droit de répondre, maîtresse, ou tu vas encore m'empêcher de parler?". La maire de Paimpol (Côtes-d'Armor), Fanny Chappé, a dénoncé mardi 27 avril sur Twitter les "propos sexistes" tenus lundi par son prédécesseur, aujourd'hui élu de l'opposition, lors d'un conseil municipal. 




"Lors du conseil municipal de Paimpol, un élu de l'opposition m'interpelle 'je te parle comme je veux ma cocotte ( ...) oui maîtresse , non maîtresse'.

On en est encore là en 2021. Être femme maire, c'est aussi vivre cela", a déploré sur Twitter Fanny Chappé, 41 ans, maire socialiste de cette commune de 7.000 habitants, également conseillère régionale et éducatrice pour jeunes enfants.




"Non seulement je n'ai pas reçu d'excuses mais l'élu s'en vante sur les réseaux sociaux. Lutter contre la banalisation des propos sexistes : un combat que je mènerai en tant que qu'élue, citoyenne, maman", a-t-elle ajouté sur le même réseau social. 

Dans une vidéo diffusée sur le site du journal Le Télégramme et que l'on peut aussi consulter sur le site de la mairie, on entend notamment l'ancien maire UDI Jean-Yves de Chaisemartin dire "j'ai le droit de répondre, maîtresse, ou tu vas encore m'empêcher de parler?" avant un échange tendu entre les deux élus, la maire lui demandant de l'appeler "madame la maire" et de lui parler avec respect. "Je te parle comme je veux ma cocotte", réplique alors l'ancien maire, battu lors des élections municipales de 2020. 

"J'ai attendu 24 heures avant de réagir, mais Jean-Yves de Chaisemartin ne s'est pas manifesté pour s'excuser, a-t-elle déploré auprès de France 3 Bretagne. "Nous discutons avec la majorité du conseil municipal pour voir la suite à donner à ces propos. Ce n'est pas tolérable de tenir de tels propos, un élu, plus que tout autre, doit se montrer irréprochable."

"Je regrette mes propos mais j'assume sur le fond"

"La réaction était épidermique et excessive. En aucun cas sexiste", s'est de son côté défendu Jean-Yves de Chaisemartin sur Twitter, tout en accusant Mme Chappé de "déraper (...) en coupant la parole et le micro à la minorité". 

"Je ne suis ni misogyne, ni sexiste. J'ai eu une réaction épidermique et méprisante, j'en conviens,  mais lors des débats, Mme Chappé m'a coupé la parole et le micro à plusieurs reprises", a-t-il précisé auprès de France 3. "Lorsqu'elle était dans l'opposition, nous nous appelions par nos prénoms , en dehors et durant les séances du conseil municipal. Aujourd'hui, elle déborde d'autoritarisme", a-t-il regretté. "Mais je garde tout mon respect à la femme qu'elle est. Je regrette donc mes propos mais j'assume sur le fond. Personne ne sort grandi dans cette "affaire", a-t-il conclu. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.