"Je refuse d'être le vassal d'Emmanuel Macron", assure Jean-Christophe Lagarde (UDI)

"Je refuse d'être le vassal d'Emmanuel Macron", assure Jean-Christophe Lagarde (UDI)
Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde.

, publié le samedi 12 septembre 2020 à 17h17

L'UDI est dans une "opposition constructive" a-t-il affirmé en marge de l'université d'été de son parti.


"Qu'il accepte d'entendre et d'écouter les autres" ? "S'il le dit souvent, on ne le constate jamais", assure le président de l'UDI dans une interview au Figaro. Et de lier à ce préalable un éventuel ralliement de ses troupes au président de la République, caduque de fait. "Le président de la République aurait pu décider de construire une fédération de forces dans laquelle un certain nombre de Républicains, de socialistes et d'UDI auraient pu s'inscrire.

A Vendôme (Loir-et-Cher) 1.100 personnes se sont inscrites pour assister à l'unversité d'été de l'UDI. "Le sentiment qu'il me donne est d'accepter des vassaux, jamais des partenaires", a-t-il ajouté, en fustigeant "la conception verticale du pouvoir, la négation de tout ce qui n'est pas dans sa majorité, et l'oubli ou l'absence de considération de tout ce qui est corps intermédiaires".


"C'est une occasion manquée pour lui pour la France", a-t-il estimé en réfutant le terme de "déception", même si son parti était auparavant plus proche de La République en marche.

L'UDI est "dans une opposition constructive", et "disponible pour éviter un certain nombre d'erreurs, parfois amener des idées qu'ils n'avaient pas, et soutenir les idées qu'ils avaient qui nous semblaient bonnes", a ajouté Jean-Christophe Lagarde.


Plusieurs personnalités de droite, tels Gérard Larcher ou Valérie Pécresse étaient invitées à ces universités d'été, alors que l'an dernier l'UDI mettait à l'honneur Gérald Darmanin et Marc Fesneau. Mais Jean-Christophe Lagarde l'a martelé: "Le parti restera libre et indépendant".

Le président de l'UDI, qui avait "coupé les liens avec les Républicains" entre 2017 et 2019 jugeant que leur ligne s'était "dénaturée", a estimé que "ce n'est plus le cas aujourd'hui". "Il y un certain nombre de régions où les Républicains et l'UDI gouvernent ensemble. On va discuter, faire le bilan, mais notre préférence est plutôt que ces alliances se poursuivent", a affirmé Jean-Christophe Lagarde à quelques mois des régionales.

Mais "en Normandie on a construit notre propre liste", a-t-il affirmé. Il doit rencontrer le président de LR Christian Jacob dans les semaines à venir

Vos réactions doivent respecter nos CGU.