"Je m'étouffe" : Gérald Darmanin "a toute la confiance du Premier ministre" après ses propos polémiques

"Je m'étouffe" : Gérald Darmanin "a toute la confiance du Premier ministre" après ses propos polémiques
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, à Douamont, dans la Meuse.

, publié le jeudi 30 juillet 2020 à 14h38

Alors que la famille de Cédric Chouviat, mort après avoir été interpellé et répété à plusieurs reprises "j'étouffe",  crie au scandale, l'entourage du ministre de l'Intérieur assure que ses propos ont été tenus "sans arrière-pensée, ou référence à une affaire en cours".

"Quand j'entends le mot 'violences policières' personnellement je m'étouffe." Cette petite phrase de Gérald Darmanin sortie mardi 28 juillet devant les députés fait couler beaucoup d'encre. La famille de Cédric Chouviat, ce livreur mort après avoir dit neuf fois "j'étouffe" à la suite d'une interpellation policière en janvier, s'est dite mercredi "scandalisée" et "heurtée".




De nombreux responsables politiques de gauche, comme l'eurodéputée La France insoumise Manon Aubry, l'ex-patron d'EELV David Cormand ou la sénatrice socialiste Laurence Rossignol, ont également dénoncé les propos du ministre de l'Intérieur.

Aurélien Pradié, le secrétaire général des Républicains, a jugé jeudi "plus que déplacée" cette expression. 

Face à la polémique, Matignon a fait savoir ce jeudi à Franceinfo que "le ministre de l'Intérieur a toute la confiance du Premier ministre". "C'est une expression française utilisée communément, comprise par tous. Il n'y avait aucune arrière-pensée. Il ne s'agit en aucun cas d'un parallèle dans une affaire où des mises en examen ont été prononcées", avait précisé mercredi à l'AFP l'entourage de Gérald Darmanin.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lui aussi souligné que les déclarations de M. Darmanin n'étaient "évidemment pas liées" au décès de Cédric Chouviat.

Selon Franceinfo, le ministre de l'Intérieur n'envisage pas pour l'heure de s'exprimer sur le sujet.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.