"J'avoue avoir du mal à expliquer qu'on puisse aller dans un Sephora, mais pas dans un musée", reconnaît Gabriel Attal

"J'avoue avoir du mal à expliquer qu'on puisse aller dans un Sephora, mais pas dans un musée", reconnaît Gabriel Attal
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 24 février 2021.

, publié le lundi 08 mars 2021 à 11h55

Dans un entretien avec les lecteurs du Parisien, le porte-parole du gouvernement assure que les musées seront parmi les premiers à rouvrir.

Après près d'un an de crise du Covid-19, les Français commencent à exprimer leur lassitude, et notamment les professionnels du monde de la culture qui ont manifesté ce week-end pour demander la réouverture des lieux culturels. Le gouvernement, qui a fermé fin octobre les théâtres, musées et autres lieux culturels, n'a donné aucune date de réouverture, attendant le résultat de plusieurs "concerts-tests" ainsi qu'une expertise sur la situation des intermittents. S'il ne dévoile aucune date, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal estime dans un entretien avec les lecteurs du Parisien mis en ligne dimanche 7 mars que les "musées seront parmi les premiers lieux à rouvrir."




Depuis le début de la crise, nombreux sont ceux qui s'insurgent contre la fermeture des musées, considérés comme moins vecteur de contaminations que des commerces considérés comme "non-essentiels". Certains maires ont même décidé de rouvrir des musées."J'avoue avoir du mal à expliquer qu'on puisse aller dans un Sephora, mais pas dans un musée. Mais il y a nécessairement, dans la gestion d'une telle épidémie, une part d'incohérence quand il faut limiter les interactions et les flux de personnes", justifie-t-il. "Roselyne Bachelot a mené de nombreuses concertations avec les professionnels de chaque secteur. Pour les musées des jauges réduites sont envisagées, probablement des prises de rendez-vous, un référent Covid dans chaque musée pour garantir le respect des gestes barrière", détaille-t-il. 

"A titre personnel j'espère que nous pourrons avoir, à la réouverture des lieux culturels, un soutien financier assez fort pour permettre au plus grand nombre de Français d'y avoir accès", assure-t-il. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.