"J'avais proposé d'y aller" : Ségolène Royal étrille la campagne d'Anne Hidalgo

"J'avais proposé d'y aller" : Ségolène Royal étrille la campagne d'Anne Hidalgo
Ségolène Royal à Paris, le 23 janvier 2020.

publié le vendredi 14 janvier 2022 à 08h32

Ségolène Royal a de nouveau estimé qu'Anne Hidalgo devait se rallier à Yannick Jadot.

Pas de projet, pas d'union, pas de primaire... Il n'y a pas grand chose à garder dans la campagne présidentielle d'Anne Hidalgo, à en croire Ségolène Royal, qui a confié jeudi 12 janvier qu'elle ne savait pas encore pour qui elle aller voter à la présidentielle.

"Je suis désolée de ce qu'il se passe à gauche", a-t-elle d'abord avancé, en faisant, sur BFMTV, le constat des mauvais sondages de la candidate du PS.

Les raisons de ce fiasco ? "La division, l'absence de projet, l'absence de primaire aussi (...), au moment même où la gauche arrive aux responsabilités dans d'autres pays d'Europe", a souligné la candidate à la présidentielle 2007, qui pointe également les revirement de la maire de Paris sur l'organisation d'une primaire.

"J'avais proposé d'y aller. On m'a dit 'non, finalement, ce sera Anne Hidalgo', a expliqué Ségolène Royal. J'ai dit 'je ne veux pas de dispute, moi'."


 "J'avais dit au PS que j'étais disponible, avec l'expérience qui est la mienne. Mais ils ont préféré Anne Hidalgo. J'ai dit 'bah très bien'. J'ai dit 'est-ce qu'il y a une primaire' ? Ils m'ont dit 'il y a pas de primaire'."

"Il valait mieux que le PS se mette en ordre de marche avec la candidate que l'actuelle direction du PS a choisi, que de faire une zizanie supplémentaire, a insisté Ségolène Royal. Mais pourquoi pas, elle aurait pu réussir."

Déplorant la division, elle a également estimé que la gauche avait peu de chances d'accéder à l'Élysée. "Soit les candidats se disent 'on se met derrière celui qui est devant dans les sondages', donc plutôt Mélenchon, a-t-elle expliqué. Soit Anne Hidalgo dit 'je suis écologiste et je suis derrière Yannick Jadot, donc je me rallie à lui'. Et ensuite, peut-être que Yannick Jadot se dirait 'je fais un effort, et je me rallie à Mélenchon. On peut imaginer une dynamique d'union, malheureusement je pense qu'elle n'aura pas lieu."


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.