Islamo-gauchisme : Gérald Darmanin soutient Frédérique Vidal

Islamo-gauchisme : Gérald Darmanin soutient Frédérique Vidal©JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

, publié le dimanche 21 février 2021 à 16h00

Critiquée pour avoir dénoncé un "islamo-gauchisme" dans les universités, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a reçu le soutien de Gérald Darmanin.

Le gouvernement fait bloc sur la question de "l'islamo-gauchisme" qui gangrènerait les universités françaises. Gérald Darmanin a apporté, dimanche 21 février, son soutien à la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui a demandé une enquête sur "l'islamo-gauchisme" à l'université.


Invité de Radio J, le ministre de l'Intérieur a jugé Mme Vidal "très courageuse". "Ce serait vraiment ne pas regarder la vérité en face que de ne pas voir que l'université, les services publics, des associations sont touchés par l'islamisme aidé parfois par les gauchistes", a dit Gérald Darmanin.

Selon lui, il y a entre les "gauchistes" et les "islamistes", "une alliance objective pour mettre fin à la République" en mettant en avant "des explications essentialistes" et en voyant "tout sous le prisme de la race, de l'ethnie, au lieu de voir le citoyen".

Toutefois, le ministre de l'Intérieur a estimé que "ceux qui font jonction" entre les "gauchistes" et les "islamistes" étaient "minoritaires". 

Des "compromissions" avec les islamistes

"Il y a des élus qui font des compromissions avec les islamistes. Ils ne sont pas très nombreux, mais ils existent", a-t-il dit en évoquant également des associations, dans le même cas. S'agissant de Mme Vidal, Gérald Darmanin a estimé qu'elle avait "raison de demander des critères objectifs" sur ce sujet. "Chacun sait que ce qu'elle dit est une vérité et que par ailleurs il faut l'objectiver", a-t-il dit.

Frédérique Vidal est empêtrée dans une polémique après avoir demandé au CNRS une enquête sur "l'islamo-gauchisme" à l'université. Plus de 600 universitaires (enseignants, chercheurs...) ont réclamé sa démission samedi, dans une tribune publiée par le journal Le Monde.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.