Irma: Annick Girardin répond aux critiques sur la gestion de la crise

Irma: Annick Girardin répond aux critiques sur la gestion de la crise

Annick Girardin à Paris, le 29 août 2017.

Orange avec AFP, publié le dimanche 10 septembre 2017 à 20h25

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a défendu dimanche 10 septembre l'action de l'État dans la gestion de la crise provoquée à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy par le passage de l'ourage Irma. Face aux critiques qui se multiplient sur place et en métropole, elle a estimé que l'État "a été à la hauteur".

"Jamais je ne laisserai dire que les services de l'Etat, que les services de la collectivité territoriale n'auraient pas été à la hauteur.

(...) Chacun ici a fait tout ce qu'il avait à faire", a martelé Mme Girardin lors d'une conférence de presse à Saint-Martin, au moment où la gestion de crise du gouvernement est la cible de critiques de tous bords politiques, des Républicains, du FN ou de Jean-Luc Mélenchon.

"C'est la première fois qu'un cyclone est aussi important et frappe un de nos territoires français", s'est-elle justifiée. Face aux pillages qui ont eu lieu à Saint-Martin après l'ouragan, la sécurité figurait au rang des priorités de la gestion de crise, a rappelé la ministre.

Mais "quand on arrive sur un territoire sinistré, qu'est-ce qu'on fait d'abord? On apporte de l'aide à celui qui est en train de mourir, à celui qui a besoin d'assistance ? Ou tout de suite, on bloque tout le territoire?", a-t-elle interrogé, assurant que la sécurité était désormais "revenue sur le territoire". Maintenant que le second ouragan, José, est passé au large des côtes sans faire de dégâts supplémentaires, Saint-Martin "entre dans une nouvelle phase", selon elle: celle de "la vie qui reprend" et de la "reconstruction".

2.000 EFFECTIFS SUR PLACE

Les secours, militaires et forces de l'ordre dépêchés sur l'île atteindront le nombre de 2.000 effectifs d'ici dimanche soir, a annoncé la ministre. Après le confinement lié à José, la priorité reste de remettre en place le pont aérien et le pont maritime, pour évacuer les blessés et les plus vulnérables. Selon les pompiers, 300 mètres cubes d'eau doivent être distribués dans la journée de dimanche. De la nourriture va également être distribuée dans différents quartiers de l'île.

"Cette histoire n'est pas une histoire politique, (...) mais une histoire de survie", a jugé le président du conseil territorial, Daniel Gibbs, en estimant que "tout ce qui devait être fait a été fait".

SAINT-MARTIN DOIT SE TRANSFORMER

Des experts doivent arriver sur l'île dans la semaine à venir pour chiffrer les dégâts et le coût de la reconstruction, selon lui. Les opérateurs travaillent à rétablir au plus vite les télécommunications, toujours coupées. Le gouvernement doit également acheminer des "unités mobiles climatisées" pour assurer la reprise des services publics, ce qui devrait permettre d'effectuer une rentrée scolaire "d'ici trois à six mois", a-t-il estimé.

Mme Girardin, qui va quitter Saint-Martin, s'est engagée à "revenir plusieurs fois sur l'île". L'île devra se transformer pour "faire face aux cyclones qui seront de plus en plus fréquents", a-t-elle estimé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
196 commentaires - Irma: Annick Girardin répond aux critiques sur la gestion de la crise
  • Même sans être un grand adepte de ce gouvernement et de cette majorité il faut rester cohérent et objectif et ne pas faire des procès politiques ou se lancer dans de grands "y avait qu'à, il fallait qu'on". Et pour ce qui est des scènes de pillage, ce n'est pas très différent des pratiques de "tolérance bienveillante" envers la délinquance dans certaines zones en métropole, alors pas de quoi s'étonner outre mesure.

  • Pas évident de gérer, ce n est pas la porte a coté quand même ??quand au comportement des locaux qui pillent ??? regardons qui pillent....et l on comprends de suite...!! L'envers du luxe... c est la pauvreté que l on ne montre pas sur les cartes postales de St Barth....!!

  • Ce sont les mêmes qui en 1940 se sont enfuis pour le Maroc et l'Algérie et qui ne sont revenus qu'en 1945 pour que De Gaulle leur trouve un job!
    Le préfet s'est enfui laissant les hordes islamiques piller les habitations et les commerces sous l'oeil bienveillant des forces de l'ordre qui avaient reçu directive de laisser faire.
    Sous peu les Français verront comme c'est le cas aujourd'hui au Royaume-Uni les forces de l'ordre et l'armée protéger les islamistes des Anglais.

    vous résumez bien la situation mais peu de gens seront capables d'accepter

  • Melanchon me fait rire avec ses critiques et sa France insoumise. Vous me direz macron qui nous fait passer pour des fainéants quand ont voient son taux de réactivité pour la tempête, c'est lui le faineant. .son programme à lui aurait dû s'appeler LA FRANCE INCAPABLE

  • Ouragan est passé de catégorie 3 à 5 en 14 heures
    Ces iles sont autonomes (COM) depuis 2003 une fiscalité avantageuse pour eux quand il sont dans un désastre c'est pour la métropole.
    N'appliquant pas la loi littorale ils construisent n'importe comment .
    Un reportage passé sur les chaînes infos montrait des militaires nettoyer les routes pendant qu'une partie des locaux pillaient
    C'est normal que nous soyons solidaires mais il faudrait aussi revoir peut être leur mode de gestion.