Invité au 20h de TF1, Nicolas Sarkozy persiste à dénoncer une "injustice profonde"

Invité au 20h de TF1, Nicolas Sarkozy persiste à dénoncer une "injustice profonde"
Nicolas Sarkozy, en janvier 2021, à Paris

, publié le mercredi 03 mars 2021 à 20h50

"Je n'ai jamais trahi la confiance des Français", insiste l'ancien président de la République..

"Ils n'ont rien trouvé parce qu'il n'y a rien à trouver". Deux jours après sa condamnation en première instance dans l'affaire des "écoutes", Nicolas Sarkozy a de nouveau dénoncé ce qu'il qualifie "d'injustice", s'en prenant à une décision de justice prise "sans l'ombre d'une preuve".

Dans leur verdict, les juges ont fait valoir, conformément aux règles de droit, un "faisceau d'indices graves et concordants" à l'encontre de l'ex-chef de l'Etat.


"Je suis habitué à subir ce harcèlement depuis 10 ans. Je ne baisserai pas la tête. C'est une injustice. Je me battrai jusqu'au bout pour que la vérité triomphe", a t-il affirmé sur le plateau du 20h de Gilles Bouleau, mercredi 3 mars.

L'ancien président de la République se défend toutefois de vouloir la peau du Parquet national financier. "Je n'ai pas eu de mots durs à l'égard d'une institution que je respecte. Je sais faire la différence entre le comportement de certains et une institution. Je n'ai jamais parlé de justice politique et je ne le ferai jamais", a t-il déclaré.


Quant à ses prochains rendez-vous judiciaires, dont le procès "Bygmalion", "je ferai face à mes responsabilités", dit-il. "Je dois être à 220 heures d'interrogatoire". Ce qui se passe aujourd'hui est une injustice profonde. J'irai jusqu'au bout.


L'ancien chef de l'Etat a en outre été interrogé sur son rôle dans la vie politique. "Je n'ai pas la volonté de revenir dans la politique. J'ai tourné la page. Mais ça veut pas dire que j'ai tourné la page de la France", a t-il déclaré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.