Invité à un dîner clandestin, Gabriel Attal a "fermement" refusé, assure Marlène Schiappa

Invité à un dîner clandestin, Gabriel Attal a "fermement" refusé, assure Marlène Schiappa
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal le 31 mars 2021.

, publié le mardi 06 avril 2021 à 12h18

Alors que le porte-parole du gouvernement est cité dans l'affaire des "dîners clandestins" à Paris, la ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur a pris sa défense mardi matin sur franceinfo.

Des ministres ont-ils ou non participé à des dîners clandestins à Paris? Après la diffusion par M6 d'un reportage sur des restaurants clandestins, dans lequel un des organisateurs assurait avoir fait ce genre de dîner avec plusieurs ministres, le sujet agite tout le gouvernement. Le nom du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal est notamment cité.

Invitée de franceinfo mardi 6 avril, Marlène Schiappa a défendu son collègue.



"Il y a effectivement eu une invitation et Gabriel Attal l'a refusée fermement", a déclaré la ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur. "Je veux défendre mon collègue Gabriel Attal parce que je ne veux pas le laisser calomnié", a-t-elle insisté.

La ministre explique avoir regardé  a regardé la vidéo dans laquelle le nom de son collègue est cité : "Ce que dit monsieur Chalençon", l'un des organisateurs présumés, "c'est, 'je suis très ami avec Gabriel Attal et bientôt je vais l'inviter'. Il ne dit absolument pas que Gabriel Attal est venu." "Je sais de source sûre qu'il y a effectivement eu une invitation et que Gabriel Attal a refusé fermement cette invitation en disant qu'il y avait des mesures sanitaires et que donc ça allait de soi que lui ne viendrait pas." Gabriel Atta a reçu "un message lui disant que dans l'absolu il pouvait venir un jour, et il a été répondu par un de ses conseillers : 'Là, il y a des mesures sanitaires et donc évidemment, le ministre ne se déplacera pas'", a-t-elle poursuivi. 

Marlène Schiappa a par ailleurs confirmé qu'une enquête avait été ouverte et estime que les noms des potentiels participants qui ont circulé sur les réseaux sociaux doivent être vérifiés, car "il ne suffit pas de faire de Twitter un tribunal. Chaque personne qui a participé à cela doit évidemment rendre des comptes et être pénalisé."

Un ministre qui a participé à un dîner clandestin devrait démissionner

Et si la présence d'un membre du gouvernement est prouvée, il devra selon la ministre "d'abord, avoir une amende comme n'importe quel citoyen, et ensuite évidemment démissionner", qui assure néanmoins ne pas vouloir préjuger de la décision du président de la République et du Premier ministre". "Soit c'est vrai et c'est gravissime, et les ministres doivent être sanctionnés et démissionner, soit c'est faux et c'est gravissime parce que ça contribue encore une fois à jeter l'opprobre sur la démocratie et sur la confiance entre les élus et les citoyens", a-t-elle déploré. 

Un avis partagé par le ministre de l'Intérieur. "A ma connaissance, il n'y a pas de ministres" parmi les participants à des dîners clandestins de luxe à Paris, a déclaré mardi matin sur Europe 1 Gérald Darmanin, en dénonçant "la rumeur qui sape les fondements de la démocratie". Mais à la question sur ce qu'il faudrait faire s'il s'avérait qu'un ministre avait participé à ce type de repas, il a répondu : "je considèrerais personnellement qu'il n'est pas à la hauteur de sa fonction".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.