Interview de Macron : le rédacteur en chef de Delahousse dénonce de "grandes leçons de morale"

Interview de Macron : le rédacteur en chef de Delahousse dénonce de "grandes leçons de morale"
Le journaliste de France 2, Laurent Delahousse, et Emmanuel Macron le mardi 12 décembre 2017 à l'Élysée.

Orange avec AFP, publié le jeudi 21 décembre 2017 à 13h31

Le journaliste de France 2, Laurent Delahousse, est sous le feu des critiques depuis la diffusion, le 17 décembre sur France 2, d'une interview d'Emmanuel Macron jugée "complaisante". Son rédacteur en chef et sa compagne, Alice Taglioni, ont fini par prendre sa défense.

Les critiques de la corporation ont été particulièrement virulentes : le journaliste de BFMTV et RMC, Jean-Jacques Bourdin, a parlé d'une "aimable conversation de salon entre deux copains".

"Quand on fait du journalisme, qu'est-ce qu'on fait ? On pose des questions précises et celui qui est en face, il doit y répondre !", s'est-il agacé au lendemain de l'interview.

"LA DÉFÉRENCE JOURNALISTIQUE FRANÇAISE À SON PIRE NIVEAU"

"En terme d'impertinence, on était un peu sur Laurent Weill interviewant Brad Pitt à Cannes", a lui ironisé Matthieu Noël sur Europe 1, évoquant un journaliste et un président "quasi main dans la main". "L'une des questions les plus dures de cet entretien : 'L'arbre de Noël est dans la cour de l'Élysée. C'est la fin de l'année, que voulez-vous dire aux Français ? N'ayez pas peur ?' La déférence journalistique française à son pire niveau", a lui dénoncé le correspondant de l'agence Reuters à l'Élysée, Michel Rose.



Le rédacteur en chef des magazines du week-end de France 2, Jean-Michel Carpentier, a fini par répliquer. Dans une tribune publiée mercredi dans Le Figaro, il dénonce une "étrange chasse aux sorcières". "Dans la soirée de dimanche, tout le monde s'était entendu pour souligner le caractère original et riche de ce moment de télé", écrit-il. "Et le lendemain, patatras, nous avons assisté à un déluge de ricanements, et de dénigrement professionnel, d'insultes personnelles et de grandes leçons de morale sur les réseaux sociaux, à l'antenne et dans les pages de quelques médias".




L'émission s'est présentée sous la forme d'une déambulation dans l'Élysée, du bureau doré au hall d'entrée en passant par le salon vert et l'escalier d'honneur. Enregistrée le 12 décembre en marge du sommet One Planet Summit, l'émission intitulée "Entretien spécial" a duré près de 40 minutes.



Selon Jean-Michel Carpentier, le chef de l'État ne savait rien "des thèmes, des questions, ni de cet exercice de 'déambulation'". "Nous avons pris 10 minutes pour le repérage et filmé un plan-séquence de 40 minutes, dont nous n'avons rien enlevé d'autre que des 'scories' techniques". "Cette idée nous trottait dans la tête depuis longtemps, car Laurent Delahousse l'avait déjà proposée à Nicolas Sarkozy, puis à François Hollande. Sans suite. Et cette semaine, l'occasion a fait le larron... Et nous l'avons saisie. Faut-il le regretter ? Non".

"MON MEC CONTRE LES CROCOS"

"Fallait-il l'audace, voir l'arrogance, d'oser briser le sacro-saint totem, celui d'un journalisme assis à la table de son hôte, à son étiage en quelque sorte ?", interroge-t-il. "Nous nous fichons comme d'une guigne des bons usages mondains d'une corporation qui fascine moins nos contemporains qu'elle ne les agace".



De son côté, Laurent Delahousse n'a pas directement réagi aux attaques. Le journaliste relaye néanmoins des messages de soutiens sur son compte Twitter. Sa compagne, l'actrice Alice Taglioni, a également publié une courte vidéo sur son compte Instagram dans laquelle on peut voir un jaguar capturer un crocodile. "Mon mec contre les crocos", a-t-elle écrit en légende.

France 2 a attiré 5,7 millions de téléspectateurs en moyenne avec cet interview, derrière le JT de TF1 et ses 7,6 millions de téléspectateurs. La première interview télévisée d'Emmanuel Macron en tant que président de la République, le 15 octobre sur TF1 et LCI, avait été suivie par près de 10 millions de téléspectateurs, réalisant une des meilleures audiences de l'année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.