Interrogé sur la réforme de la SNCF, Emmanuel Macron met en avant son grand-père cheminot

Interrogé sur la réforme de la SNCF, Emmanuel Macron met en avant son grand-père cheminot
Emmanuel Macron le 21 février 2018 à l'Élysée.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 26 février 2018 à 12h50

Interpellé samedi au sujet de la réforme annoncée de la SNCF, le président de la République a évoqué le sort de son grand-père, cheminot. BFMTV a vérifié : André Macron était bien chef de district à la SNCF.

À deux jours des annonces du Premier ministre Édouard Philippe, Emmanuel Macron a fait face au cours de sa visite samedi 24 février au salon de l'Agriculture à l'inquiétude des cheminots.

Alors que l'un d'entre eux l'interpellait sur la réforme annoncée de la SNCF, le chef de l'État a comparé les retraites des agriculteurs à celle des cheminots avec un argument de taille : son grand-père était lui-même cheminot.

"Je ne peux pas avoir d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite et de l'autre avoir un statut cheminot et ne pas le changer", a répondu Emmanuel Macron, avant d'ajouter : "Je suis petit-fils de cheminot, allez voir les agriculteurs, ils n'ont pas de statut... Faut pas raconter de craques aux gens. Vous avez quel âge ? Vous n'avez pas le même rythme que mon grand-père qui était cheminot", a-t-il ajouté, tout en assurant ne pas vouloir "tout casser".

BFMTV a consulté le site spécialisé Geneanet : André Macron, né en 1920 dans la Somme et mort à Amiens en 2010, était bien cheminot. Père de Jean-Michel Macron, lui-même père du chef de l'État, il avait acquis le rang de chef de district à la SNCF.



Édouard Philippe a réaffirmé lundi 26 février la volonté du gouvernement d'"aller vite" pour mener la réforme du rail et de la SNCF, annonçant le dépôt "à la mi-mars" d'un projet de loi habilitant le gouvernement à légiférer par ordonnances. Parmi les mesures annoncées : la fin du recrutement au statut de cheminot.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU