Insultes, menaces, enfarinage, gifle... Quand les politiques sont pris pour cible

Insultes, menaces, enfarinage, gifle... Quand les politiques sont pris pour cible
Nicolas Sarkozy, agrippé par un homme, le 30 juin 2011 à Brax (Lot-et-Garonne)

publié le samedi 12 juin 2021 à 07h00

Avant la gifle d'Emmanuel Macron, d'autres personnalités politiques ont été victimes d'agressions ou d'incivilités lors de sorties publiques en France.

Emmanuel Macron a été giflé par un homme mardi 8 juin lors d'un déplacement à Tain-l'Hermitage (Drôme). Il est loin d'être le premier homme politique à avoir été malmené. 



- 2002.

Jacques Chirac cible de crachats

Le 4 mars 2002, le président Jacques Chirac, qui effectue son deuxième déplacement sur le thème de la sécurité durant la campagne présidentielle, est la cible de crachats à Mantes-la-Jolie (Yvelines), en pleine affaire sur les marchés publics d'Île-de-France, tandis que fusent quelques "Chirac voleur".

- 2002. François Bayrou entarté 

Le 13 avril 2002, François Bayrou, alors candidat UDF à la présidentielle, se fait "entarter" par quatre jeunes sur le marché de Rennes (Ille-et-Vilaine). Débarbouillé, il assure, sourire aux lèvres, que l'incident n'est pas très grave. "C'est plutôt le signe que la société française ne va pas très bien", estime-t-il. 

- 2002. Du ketchup pour Jospin

Le 17 avril 2002, venu à Rennes pour son dernier meeting de campagne présidentielle, le Premier ministre-candidat Lionel Jospin est aspergé de ketchup par deux jeunes mineurs alors qu'il remonte l'allée centrale du Parc des expositions où il doit prendre la parole devant 7.000 personnes.

- 2002. Jacques Chirac évite un tir

Le 14 juillet 2002, Maxime Brunerie, 25 ans, tente d'atteindre Jacques Chirac avec un fusil 22 long rifle dissimulé dans un étui à guitare lors du défilé présidentiel sur les Champs-Elysées. Le tir est dévié par un spectateur. Brunerie est condamné en décembre 2004 à dix ans de réclusion criminelle. "Je voulais faire quelque chose d'historique", explique-t-il. Il est libéré en août 2009.

- 2006. Ségolène Royal entartée

Le 16 juin 2006, Ségolène Royal, alors grande favorite pour la présidentielle de 2007, se fait "entarter" sur le parvis de la gare de La Rochelle (Charente-Maritime) par un jeune homme membre d'un "groupuscule anarcho-libertaire". Il justifie son "acte symbolique et humoristique" par la volonté "d'avoir une emprise sur la politique spectaculaire". 

- 2007. Nicolas Sarkozy insulté

Le 6 novembre 2007, des marins pêcheurs en colère protestent contre l'envolée des cours du gazole lors d'une visite du président Sarkozy au Guilvinec (Finistère). L'un d'eux lui lance: "Enc...!" Riposte immédiate: "C'est toi qui a dit ça ? Eh ben descends un peu le dire, descends un peu !" Un jeune pêcheur réplique : "Si je descends, je te mets un coup de boule", n'hésitant pas à sauter une barrière en direction du président avant d'être arrêté par les services de sécurité. Il ne sera pas poursuivi.

- 2010. Nicolas Sarkozy insulté 

Le 23 juin 2010, au cours d'une visite de Nicolas Sarkozy dans des quartiers sensibles de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), un jeune homme de 21 ans lui lance : "Va te faire enculer connard, ici t'es chez moi". L'homme est blessé lors de l'interpellation et condamné à 35 heures de travaux d'intérêt général (TGI) pour outrage au chef de l'Etat et à la police.

- 2011. Nicolas Sarkozy agrippé

Le 23 juin 2010, au cours d'une visite de Nicolas Sarkozy dans des quartiers sensibles de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), un jeune homme de 21 ans lui lance : "Va te faire enculer connard, ici t'es chez moi". L'homme est blessé lors de l'interpellation et condamné à 35 heures de travaux d'intérêt général (TGI) pour outrage au chef de l'Etat et à la police.

-2012. François Hollande enfariné

Le 1er février 2012, une femme jette de la farine au visage de François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle, qui participe à un colloque de la Fondation Abbé Pierre Porte de Versailles à Paris. Le futur président évoque plus tard l'acte d'une "personne irresponsable". Elle est placée en psychiatrie.

-2012. Jean-Pierre Raffarin enfariné

Le 24 février 2012, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin est "victime d'un entartage" à Lyon, par un homme de 25 ans, alors qu'il s'apprêtait à entrer dans une librairie pour dédicacer son livre.

-2016. Jets d'oeufs pour Emmanuel Macron

Le 6 juin 2016,  Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, est pris pour cible par des manifestants hostiles à la loi Travail, qui lui jettent des oeufs lors d'un déplacement Montreuil (Seine-Saint-Denis) en lui criant "casse-toi".

-2016. Manuel Valls enfariné

Le 22 décembre 2016, l'ex-Premier ministre Manuel Valls, en campagne pour la primaire du PS en vue de l'élection présidentielle, est enfariné par un homme aux cris de "49.3 on n'oublie pas!", à l'entrée d'un café de Strasbourg.

-2017. Manuel Valls giflé

Le 18 janvier 2017, Manuel Valls, candidat à la primaire de la gauche, un jeune homme de 18 ans gifle l'ancien Premier ministre alors que ce dernier serre des mains à sa sortie de la mairie de Lamballe (Côtes-d'Armor). Il est condamné à trois mois de prison avec sursis pour "violences volontaires sans incapacité de travail avec prémédition".

- 2017. Un oeuf sur la tête pour Emmanuel Macron

Le candidat d'En Marche! à la présidentielle Emmanuel Macron reçoit un oeuf sur le crâne lors de sa visite au salon de l'Agriculture. "Cela fait partie du folklore", minimise-t-il.

-2017. François Fillon enfariné

Le 6 avril 2017, l'ex-Premier ministre François Fillon, candidat Les Républicains à l'élection présidentielle, est victime d'un jet de farine par deux hommes de 25 et 28 ans, dont l'un est fiché S, alors qu'il traverse la foule pour prononcer un discours lors d'un meeting, à Strasbourg.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.