Inondations de janvier: 275 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

Chargement en cours
 Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire (centre) en visite à Saint-Aubin-les-Elbeuf (Seine-Maritime), commune victime des inondations de la Seine, le 5 février 2018

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire (centre) en visite à Saint-Aubin-les-Elbeuf (Seine-Maritime), commune victime des inondations de la Seine, le 5 février 2018

1/2
© AFP, CHARLY TRIBALLEAU

AFP, publié le mercredi 14 février 2018 à 12h23

Quelque 275 communes seront reconnues en état de catastrophe naturelle à la suite des crues ayant affecté fin janvier plusieurs régions notamment du nord et de l'est de la France, a annoncé le gouvernement mercredi. 

Les dossiers de 156 autres communes ont été ajournés dans l'attente d'expertises complémentaires, indiquent dans un communiqué commun les ministères de l'Intérieur, de la Transition écologique et de l'Economie.

Le président Emmanuel Macron doit se rendre mercredi après-midi à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), dans un quartier durement touché, où il rencontrera des sinistrés.

La commission de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle s'est réunie mercredi "en procédure accélérée", sous l'égide du ministère de l'Intérieur, les services experts devant notamment identifier les communes où la crue décennale a été atteinte ou dépassée.

Une nouvelle réunion est prévue le 6 mars pour les cas restants.

La reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle permet aux victimes ayant souscrit un contrat d'assurance de dommages (multirisques habitation, entreprise, automobile...) d'être indemnisées pour les dégâts matériels dus aux inondations.

"Je redis à tous les assureurs, (...) +Faites vite, faites bien et faites simple+", avait demandé début février le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, décrivant les conditions de vie difficiles des personnes touchées par les inondations.

Selon lui, le coût des dégâts devrait être "plutôt inférieur aux dernières inondations de 2016".

Des pluies exceptionnelles tombées sur des sols saturés d'eau ont provoqué en janvier la crue de nombreux cours d'eau, notamment de la Seine, la Marne, l'Yonne, mais aussi le Rhône et la Saône, entraînant des inondations, en particulier en Ile-de-France.

A Paris, la Seine a atteint son pic le 28 janvier (5,86 m, contre 6,10 m en juin 2016). Mercredi matin elle était encore à 4,15 m au pont d'Austerlitz. Le tronçon central de la ligne C du RER dans la capitale, est resté fermé plus de deux semaines.

Sur la moitié nord du pays, les décrues en cours se poursuivront très lentement et pourront être ralenties par de nouvelles pluies, indique mercredi Vigicrues.

Les inondations qui avaient frappé la France en mai et en juin 2016 s'étaient soldées par 182.000 sinistres déclarés auprès des assureurs, pour un coût supérieur à 1,4 milliard d'euros, selon un bilan de la fédération du secteur publié en mai 2017.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
12 commentaires - Inondations de janvier: 275 communes reconnues en état de catastrophe naturelle
  • avatar
    sansdentmaishonnete  (privé) -

    on lui a donné de belles bottes en caoutchouc pour l'occasion ... Le Maire va pouvoir les ramener chez lui pour les revendre sur Leboncoin : il n' y a pas de petites économies !

  • On a presque marre de se répéter : les maires toujours pleurnichent , même quand ils sont là depuis 20/30 ans sans que personne les y aient obligés , et avec 60 % d'abstention électorale . Les maires bétonnent , goudronnent , imperméabilisent les sols en lotissements tous aussi moches les uns que les autres pour attirer des résidents sans emploi ,des RSA CMU APL censés remplir des classes scolaires vidées :; pour attirer des entreprises mercenaires qui vont d'une commune l'autre pour ne pas payer d'impôts puis changent au-delà de 2 ans ; pour placer leurs parentèles dans les machins intercommunaux , gaspilleurs, inutiles mais rêvés pour une bonne petite planque familiale et un recyclage de ratés ou recalés de la politique ....Braves petits maires ruraux qui en profitent pour agrandir leurs propriètés agricoles en " remembrements" de terres ; en revente de terres inondables à des promoteurs immobiliers margoulins ( parfois de leur famille ) ; en délivrant le énième permis de construire à un " ami" qui va monter son hangar commercial au milieu de nulle part avec le goudronnage de terrains et de nouvelles routes.... 36 000 maires, 36 000 pleurnicheurs hypocrites pour qui la place est bonne . Alors on signe des permis pourles zones inondables et les zones enflammables . Après ? On fait semblant de gueuler " contre l'Etat" ....

  • le quartier du Blandin à Villeneuve Saint Georges est un quartier inondable.A l'époque ce quartier devait disparaître , les gens étaient partis mais la mairie a revendu les terrains et les maisons aux gens du voyage pour la plupart.Je suis né à Villeneuve Saint Georges , je connais très bien le problème .Dès que l’Yerres monte, les gens ont les pieds dans l'eau car ce quartier se trouve au confluent de la Seine et de l'Yerres.Les riverains sont régulièrement dédommagés et je ne comprends pas que l'on continue à les indemniser , ils ont tous pour la plupart racheter en toutes connaissances de cause , facile de venir se plaindre ensuite..La mairie est coupable et elle a même redistribué des permis de construire

  • Catastrophes climatiques et non catastrophes naturelles.
    Les assureurs savent ce qu'ils ont à faire pas besoin de conseils d'un ministre donneur de leçons.

  • macron va encore nous sortir un nouvel impot pardon une nouvelle taxe

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]