Impôt mondial sur les sociétés : accord "historique" au G7, "la France peut être fière" se réjouit Bruno Le Maire

Impôt mondial sur les sociétés : accord "historique" au G7, "la France peut être fière" se réjouit Bruno Le Maire
Bruno Le Maire, le 1er juin, à Paris

publié le samedi 05 juin 2021 à 14h00

Cet engagement des Sept doit donner une impulsion en vue de la prochaine réunion du G20, où un accord plus concret est espéré.

Un premier pas vers une fiscalité plus harmonieuse? Les ministres des finances du G7 sont parvenus à un accord sur l'objectif d'un taux d'impôt minimal mondial sur les sociétés d'"au moins 15%", d'après un communiqué commun obtenu samedi 5 juin à l'issue d'une réunion de deux jours à Londres.

Cet accord du groupe des sept grandes puissances a été qualifié d'"historique" et de "moment de fierté" dans une déclaration télévisée du Chancelier de l'Echiquier, le ministre des Finances britannique, Rishi Sunak, qui présidait la rencontre en tant que pays organisateur du G7. Le compromis des Sept (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon, Etats-Unis, Canada) en vue d'une réforme mondiale de la fiscalité "adaptée à l'ère numérique", comme le décrit Rishi Sunak, envoie ainsi une impulsion importante pour la réunion du G20 qui se tiendra en juillet à Venise, où un accord plus concret est attendu.

"Nous sommes parvenus à un accord sur la taxation internationale du 21e siècle". "C'est un accord dont la France peut être fière!", s'est réjoui Bruno Le Maire.



"Après quatre ans de combat, la France a eu gain de cause", a t-il ajouté dans une vidéo relayée sur ses réseaux sociaux.

Le texte final du communiqué mentionne aussi l'engagement envers une meilleure répartition des droits d'imposer les bénéfices des grandes multinationales, principalement numériques et américaines, deuxième "pilier" de la réforme mise en avant par l'OCDE et incluant près de 140 pays. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.