"Il a fait combien le frondeur ? 6%" : François Hollande étrille Benoît Hamon

"Il a fait combien le frondeur ? 6%" : François Hollande étrille Benoît Hamon
François Hollande et Benoît Hamon à Paris, le 20 mai 2014.

Orange avec AFP, publié le jeudi 12 avril 2018 à 15h58

L'ancien président a fustigé les frondeurs qui ont empoisonné son quinquennat.

François Hollande a multiplié ces derniers jours les interventions dans les médias, dans le cadre de la sortie de son livre "Les leçons du pouvoir" (Stock). L'occasion pour lui de régler ses comptes, notamment avec Emmanuel Macron.

Mais jeudi 12 avril sur France Inter, ce sont les frondeurs et Benoît Hamon qui ont essayé les foudres de l'ancien président.


"J'ai tout fait pour les amener à la raison, parce que, dès le début, ils se sont mis en opposition, a-t-il expliqué. Mais je ne pouvais pas les éliminer du Parlement (...) Je considère qu'ils ont eu un effet tout à fait négatif parce que, non seulement ils ont affaibli la crédibilité de ma politique, mais ils n'ont pas assuré la visibilité de la leur."

"J'ai essayé de les convaincre, je n'y suis pas parvenu. Eux-même ont scié a branche sur laquelle j'étais assis", a-t-il encore dit. Et la fronde qu'il a subie a des conséquences politique jusqu'aujourd'hui, estime François Hollande. "Ces frondeurs ont ce défaut, c'est qu'ils obligent maintenant l'Assemblée à être totalement silencieuse", a dit François Hollande, en référence aux députés de La République en marche.

"IL A FAIT COMBIEN LE FRONDEUR ?"

L'ancien président a également laissé entendre qu'il regrettait de ne pas s'être présenté à sa propre succession. "Je n'ai pas été candidat, je me suis sacrifié (...) Donc qui s'est présenté aux élections pour le PS ? Un frondeur (Benoît Hamon, ndlr). Il a fait combien le frondeur ? 6 %. Ce n'est pas ma politique qui a été jugée-là", a-t-il tranché. Je n'ai pas été candidat en décembre 2016, dans un contexte particulier, qui n'était pas le même trois mois après... C'est comme ça."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.