Huit présidents de département réclament la mise en place d'un revenu de base

Huit présidents de département réclament la mise en place d'un revenu de base

Photo d'illustration

Orange avec AFP, publié le dimanche 26 novembre 2017 à 09h10

Tester le revenu de base pour éventuellement le généraliser, c'est le souhait de huit présidents de départements socialistes qui veulent porter un "projet d'expérimentation au Parlement" et le défendent dans une tribune publiée dimanche dans le Journal du Dimanche.

C'était la proposition phare du programme présidentiel de Benoît Hamon : un revenu universel versé par l'État à chacun, quels que soient les revenus et sans aucune contrepartie. Une idée qui convainc de plus en plus de monde.

Début novembre, le porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts Julien Bayou a annoncé le lancement d'une opération de crowdfunding pour expérimenter ce revenu grâce à un tirage au sort permettant au gagnant d'en bénéficier pendant un an. Huit présidents de départements souhaitent également l'expérimenter.

Dans une tribune publiée dimanche 26 novembre dans le Journal du Dimanche, Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, André Viola (Aude), Henri Nayrou (Ariège), Philippe Martin (Gers), Mathieu Klein (Meurthe-et-Moselle), Georges Méric (Haute-Garonne), Jean-Luc Chenut (Ille-et-Vilaine) et Stéphane Troussel (Seine-Saint-Denis), tous socialistes, demandent à tester le revenu de base pour éventuellement le généraliser.



LE REVENU DE BASE N'EST PAS LE "FOSSOYEUR DE LA VALEUR TRAVAIL"

"Le revenu de base renouvelle une ambition universelle, celle qui a fondé la création du Revenu Minimum d'Insertion (RMI) en 1988 : garantir un revenu socle pour tous", estiment-ils. "Nous voulons passer de l'étude en laboratoire au test in vivo en portant un projet d'expérimentation au Parlement", ajoutent les élus, rappelant "l'intention" d'Emmanuel Macron de "réformer la Constitution pour assouplir le droit à l'expérimentation", exprimée devant le congrès des maires.

Les présidents de département visent ainsi l'élaboration d'"un modèle robuste, crédible scientifiquement, audacieux socialement et soutenable financièrement grâce à des micro-simulations" partant des "réalités sociales". L'expérimentation de terrain permettra d'évaluer le revenu de base "pour l'ajuster, avant peut-être de le généraliser", font-ils valoir sans en préciser les contours exacts.

Le revenu de base n'est pas le "fossoyeur de la valeur travail" mais représente au contraire "pour celles et ceux qui passent à travers les mailles du filet de toutes les politiques publiques une opportunité de reprendre le chemin de l'emploi", assurent-ils. Soulignant les "limites" du Revenu de solidarité active (RSA) et la "complexité" des"minimas sociaux", source de non recours, ils rappellent que la pauvreté "frappe près de 9 millions de personnes en France".

L'année dernière, une mission d'information du Sénat avait proposé d'expérimenter rapidement "dans des territoires volontaires" différentes modalités d'un revenu de base.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
289 commentaires - Huit présidents de département réclament la mise en place d'un revenu de base
  • La réalité est que la numérisation et robotisation à outrance détruiront à court terme, des millions d'emplois, en France, comme à l'étranger.
    Demain vous pourrez procéder à ds analyses de médicales de chez vous, via votre PC. Les robots seront et sont déjà en mesure de procéder a des interventions chirurgicales, les produits manufacturés seront entièrement fabriqués par des robots. Au japon il existe des robots coiffeurs qui coupent, lavent et sèchent les cheveux bien mieux que le meilleur des coiffeur et pour moins cher. des avions sans pilotes, des taxi, des trains et bus sans chauffeurs etc etc , la liste est très loin d’être exhaustive.
    Bref,Que faire des ces millions de gens pour lesquels il ne restera que quelques emplois, type "service la personne" encore que,des robots sont déjà introduit dans maisons de retraites pour effectuer certaines taches auprès des résidents.
    On peut comprendre que moralement, payer les gens à ne "rien faire" puisse choquer certains d'entre nous, mais cette réflexion n'est pas uniquement le fruits utopique de socialistes.Aujourd'hui ,ce concept est à l'étude dans tous les pays du monde, USA et Chine compris. C'est dire!!
    Il faut tester le "revenu de base" dans ces huit départements, comme le font déjà la Suède et l'Islande et d'en tirer tous les enseignements nécessaires à sa futur mais proche généralisation.
    Refuser cette réalité c'est de nier l'inéluctable.

    avatar
    jimmy71  (privé) -

    Il y a de très nombreux emplois qui ne trouvent pas preneurs et de nombreuses personnes d'un âge qui aimeraient pouvoir souffler un peu ! Alors oui... Si ce système peu être cumulable, tout du moins en parti avec un petit salaire et que cela peu permettre à certains de prendre contacte avec le monde du travail tout en permettant à d'autres souffler un peu tout en sachant qu'ils auront un minimum pour vivre s'ils ne travaillent plus du tout durant un court laps de temps ! Alors oui, oui, je suis pour ! D'en tout les cas je pense qu'il ne faut pas craindre cette expérience.......
    Ma conviction étant qu'il est préférable d'avoir des personnes payées pour travailler que d'avoir des chômeurs et d'autres dans l'obligation de tout faire !!!!
    La seule question repose sur les modalités et la façon dont cela sera mis en place ? !!!!

  • Dans les décennies à venir il faudra bien, de toute façon, inventer quelque chose pour que la majeure partie de la population ne se retrouve pas dans la pauvreté. Appelons le comme on veut, mais il est peut-être temps de le prévoir.
    Sans tomber dans l’outrance de ce que certains appelle la « Singularité technologique », le développement de la robotisation, de l’intelligence artificielle va supprimer énormément d’emplois.

  • Voilà bien une idée digne du PS. Pourquoi se bouger dans la vie si on peux vivre les doigts de pieds en éventail ?
    Ils sont encore dans leurs rêves d'après 1968 ?

    Vous n'avez rien compris à rien.
    Il y a 50 ans, un paysan avec son cheval cultivait 5 ha de terre, aujourd'hui un paysan avec des machines peut cultiver 50 ha qui produisent deux fois plus. Croyez vous que dans 10 ou 20 ans quand les traitements se feront par hélicoptère, il y aura encore du travail pour tous. Et c'est pareil dans tous les secteurs. Bien sûr que le travail et le mérite doivent être reconnus mais d'une façon ou d'une autre il faudra mieux répartir les revenus et les richesses.

  • Pour pondre des bêtises et ruiner un pays, ils sont les rois.

  • je croyais que l'on devait faire des economies

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]