Huit permanences de députés LREM vandalisées, plusieurs élus dénoncent un climat "dangereux pour la démocratie"

Huit permanences de députés LREM vandalisées, plusieurs élus dénoncent un climat "dangereux pour la démocratie"
La permanence du député LREM Romain Grau vandalisée à Perpignan, le 27 juillet 2019.

, publié le lundi 29 juillet 2019 à 11h25

"Rien ne légitime la violence, qu'elle émane d'une mobilisation des "gilets jaunes" ou d'agriculteurs" opposés au Ceta, a notamment dénoncé Aurore Bergé, la porte-parole de LREM.

Samedi 29 juillet, la permanence du député LREM Romain Grau a été prise pour cible à Perpignan par des "gilets jaunes". En marge d'une manifestation qui a rassemblé "un peu moins de 200 personnes, dont 50 à 70 violentes", selon la préfecture des Pyrénées-Orientales, des individus ont cassé les vitres et tenté de mettre le feu au local du député.

"Comme chaque samedi matin, je travaillais à mon bureau. Ils ont brisé toutes les vitres et ont tenté de mettre le feu à la permanence. Heureusement, un voisin m'a jeté un extincteur par la fenêtre et j'ai pu arrêter l'incendie", a-t-il indiqué.



Jeudi, ce sont des agriculteurs de Haute-Saône qui ont monté un mur devant la permanence de la députée LREM Barbara Bessot-Ballot, lui reprochant son vote en faveur du Ceta. Des agriculteurs ont également murer la permanence de Jean-Baptiste Moreau à Guéret. A Thuir, dans les Pyrénées-Orientales, "des pêches pourries, des palettes et des ballots de paille" ont été déversés devant la permanence de Sébastien Cazenove. Des actions similaires ont visé les élus de la majorité Alexandre Freschi, Olivier Damaisin et Michel Lauzzana et Rémy Rebeyrotte.

Ces dégradations ont été vivement dénoncées. Samedi, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a exprimé son soutien à M. Grau, assurant sur Twitter que tout était "mis en œuvre pour identifier les lâches auteurs de ces faits inexcusables".


De son côté, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) a "condamné" sur le réseau social ces actes, soulignant que "la violence, le vandalisme et les tentatives d'incendie ne sont pas des moyens d'action tolérables dans une démocratie". "De tels actes sont absolument intolérables en démocratie !", a écrit le ministre de la Culture Franck Riester, alors que le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a déploré des "actes inacceptables".

"Actes inqualifiables et anti-démocratiques", a tweeté à son tour Olivier Dussopt, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics. La secrétaire d'État à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a dénoncé un "climat de lois de la jungle visant à propager la terreur permanente". "Ces violences doivent cesser", a écrit le chef de file des "Marcheurs" à l'Assemblée nationale Gilles Le Gendre.

Lundi, la porte-parole de LREM Aurore Bergé a dénoncé un "climat malsain et nauséabond" après la multiplication des attaques contre des permanences de députés de son mouvement. "Il y a une violence dans notre société qui est inacceptable", a-t-elle analysé sur BFM TV.  "J'ai vu un certain nombre de mes collègues subirent un certain nombre d'attaque d'une gravité inouïe (...) On cherche à générer un sentiment de peur parmi les parlementaires pour probablement qu'on change nos votes, qu'on change nos décisions, tout ça est extrêmement dangereux pour la démocratie", a dénoncé la députée des Yvelines qui a admis qu'il lui "arrive d'avoir peur" car "ce n'est pas anodin quand vous avez un jour le préfet qui vous appelle et qui dit 'votre domicile privé, on est obligé de le mettre sous protection'".

"Rien ne légitime la violence, pas plus quand elle émane ici d'une mobilisation des "gilets jaunes" ou là des agriculteurs", a martelé Aurore Bergé. "Je le dis de manière très claire aux agriculteurs : on a le droit de débattre mais on n'a pas le droit de contraindre par la force le vote des parlementaires ou alors ce n'est plus la démocratie", a-t-elle poursuivi. "C'est un climat qui est malsain, pas juste pour nous individuellement, c'est dangereux en général en démocratie", a-t-elle mis en garde.


Alain Tourret, député LREM du Calvados, a dénoncé sur Europe 1 des "méthodes d'intimidation", qui pourraient avoir un impact sur la vie législative, dans la mesure où les votes des députés sont rendus publics. "Il ne faut pas, du fait de ces menaces, que des votes démocratiques puissent ne pas être prononcés. Il n'y a pas de démocratie dans ce cas-là", pointe-t-il. L'élu, qui a voté en faveur du Ceta, n'a pas subi de menaces mais va bénéficier d'une protection policière renforcée.


Selon Éric Découty, éditorialiste politique, "ces actes signifient que la crise des "gilets jaunes" n'était réglée en rien et au contraire que la contestation était de plus en plus hétérogène". Selon lui, il s'agit d'un message d'autant plus inquiétant pour le gouvernement que certains commencent à justifier cette violence et que la réforme à haut risque des retraites doit être débattue à la rentrée.


Le chef de l'État, en vacances au fort de Brégançon à Bormes-les-Mimosas, a d'ailleurs affirmé samedi, à propos du mouvement des "gilets jaunes" : "Il y a des problèmes profonds dans notre pays qui sont liés à l'injustice, aux difficultés économiques qu'on connaît depuis très longtemps, parfois aux doutes qui existent, aux défis qu'on a devant nous, liés au vieillissement, au numérique, à l'écologie et je pense que ceci crée des peurs (...) Je ne crois pas du tout que ce qui a à un moment créé la colère sincère d'une partie de la population soit derrière nous."  

"Je pense qu'il y a une partie à laquelle nous avons su répondre, il y a une partie à laquelle nous n'avons pas encore répondu parce que ça prend du temps. Il y a aussi une colère à laquelle il n'y a pas forcément de réponse immédiate. Je continue à être à la tâche et vigilant parce que je ne pense pas du tout que ce soit dernière nous. Je pense qu'il faut continuer à agir concrètement pour nos concitoyens à la rentrée, et à redonner du sens à l'action, parce qu'il faut, non pas chercher à éteindre les peurs mais à redonner une perspective", a-t-il poursuivi. Une tâche que le président dit aborder "avec beaucoup de détermination et d'humilité".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.