Hôpitaux : Olivier Véran annonce 50 millions d'euros supplémentaires pour l'ouverture de 4.000 lits à la demande

Hôpitaux : Olivier Véran annonce 50 millions d'euros supplémentaires pour l'ouverture de 4.000 lits à la demande
Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 8 octobre 2020 à Paris.

, publié le vendredi 09 octobre 2020 à 16h05

Cette mesure, promise dans le cadre du Ségur de la santé, sera effective "dès le mois de décembre et avant s'il le faut", a assuré le ministre de la Santé vendredi 9 octobre.

Le ministre de la Santé a inauguré vendredi 9 octobre le nouvel hôpital Nord Franche-Comté de Trévenans, dans le Territoire-de-Belfort, qui compte 4.500 personnels et accueille des patients du secteur de Belfort et Montbéliard. A cette occasion et en pleine reprise de l'épidémie de Covid-19 en France, il a annoncé 50 millions d'euros supplémentaires pour l'ouverture de 4.000 lits à la demande dans les hôpitaux français.



"Dès la semaine prochaine, je débloquerai une enveloppe de 50 millions d'euros supplémentaires de manière à pouvoir ouvrir jusqu'à 4.000 lits dans l'ensemble des hôpitaux de notre pays", a déclaré le ministre.

Cette mesure, promise dans le cadre du Ségur de la santé, sera effective "dès le mois de décembre et avant s'il le faut", a-t-il ajouté, "parce qu'il y a urgence pour être capable de faire baisser la pression dans les hôpitaux et de créer de la place là où il y en a". "Il faut qu'on ait des lits à la demande qu'on soit capable d'ouvrir quand c'est nécessaire et de refermer si la pression sanitaire diminue", afin "qu'on ne manque jamais de lits quand on en a besoin", a expliqué Olivier Véran. 




Lors de ce déplacement, le ministre s'est entretenu avec des cadres de santé du service de réanimation qui déplorent des manques d'effectifs. Olivier Véran a ensuite rencontré une quinzaine de soignants qui ont discuté avec lui du "Ségur de la Santé" et de la revalorisation promise de salaires de 183 euros brut. Annoncée pour fin octobre, elle n'a pas encore été versée. "Ce versement va arriver", a réaffirmé le ministre de la Santé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.