Homme "courageux", "engagé", "libre"... Les hommages se multiplient pour Patrick Devedjian, mort du coronavirus

Homme "courageux", "engagé", "libre"... Les hommages se multiplient pour Patrick Devedjian, mort du coronavirus
Patrick Devedjian et Valérie Pécresse, le 3 juillet 2017 à La Défense.

, publié le dimanche 29 mars 2020 à 11h10

Le président du département des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian est mort dans la nuit de samedi à dimanche, à l'âge de 75 ans. De nombreuses personnalités, de droite et de gauche, saluent son engagement. 

La mort du président du département des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian a suscité, dès son annonce dimanche matin, de nombreuses réactions dans le monde politique.

De gauche comme de droite, nombreux ont salué la personnalité et la culture de cet ancien ministre de Nicolas Sarkozy. Âgé de 75 ans, Patrick Devedjian était hospitalisé depuis mercredi après avoir été diagnostiqué positif au Covid-19. 

A DROITE 




L'ancien président Nicolas Sarkozy, dont Patrick Devedjian fut un soutien de la première heure, a salué "un homme passionné, entier, sincère, engagé. Il incarnait la politique comme je l'aime, avec des sentiments, des convictions, du panache. Je suis fier de l'avoir eu à mes côtés. Je veux dire à ses proches ma vive émotion et ma tristesse infinie". 




Pour la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, "Patrick Devedjian était une personnalité exceptionnelle par sa personnalité, ses convictions et son immense culture. Il a marqué de son empreinte à la fois son département des Hauts-de-Seine et le pays". "Bouleversée, je pense à Sophie, sa femme et à ses fils", poursuit-elle sur Twitter.  "Patrick Devedjian, des convictions, de la culture, de l'empathie, du caractère, du talent,... un ministre qui a fait honneur à la fonction. L'un des meilleurs. Profonde Tristesse", a commenté l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.


Le président du Sénat Gérard Larcher a exprimé de son côté sa "grande tristesse d'apprendre la mort de Patrick Devedjian. Homme courageux et totalement dévoué à sa ville d'Antony et aux Hauts-de-Seine". Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a fait part quant à lui de sa "grande émotion" à l'annonce du décès de Patrick Devedjian, qui était selon lui un "républicain engagé, esprit libre".


La maire du 7e arrondissement de Paris Rachida Dati a fait part de sa "très grande tristesse". "Esprit brillant, élu dévoué à son territoire, empathique et doté d'un grand sens de l'Etat, il était une figure de la vie politique française. Mes pensées vont à sa famille et à ses proches", a-t-elle écrit. De son côté, Jean-François Copé a rendu hommage à "un homme de conviction, un homme de culture et de dialogue, un homme d'une très grande sensibilité et un patriote qui s'était engagé au service de la France".

Le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau a également témoigné de sa "très grande tristesse". "Plusieurs fois ministre il a toujours gardé un lien très fort avec son territoire. Exigeant et passionné, il avait la conviction que la culture était garante de la cohésion sociale. Condoléances aux siens", a-t-il déclaré. Quant à Eric Ciotti, il a salué la mémoire de son "ami", "homme de conviction, brillant juriste, ministre efficace et président des Hauts de Seine engagé". 

REACTIONS AU SEIN DU GOUVERNEMENT ET DANS LA MAJORITE 

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a fait part de sa "tristesse". "Ancien ministre, élu de terrain, décentralisateur convaincu, il était un républicain engagé. Son franc parler manquera au débat public. Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches", a-t-il déclaré. Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a salué un "serviteur de la France et de son territoire des Hauts-de-Seine". "Quand la culture et le franc-parler font alliance pour servir son pays", a-t-il ajouté en adressant ses "condoléances à sa famille et à ceux qui l'ont aimé. Pensées pour tous ceux qui perdent un proche à cause de l'épidémie".  

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a fait part quant à lui de sa "grande émotion" à l'annonce du décès de Patrick Devedjian, qui était selon lui un "républicain engagé, esprit libre".



De son côté, François Bayroua salué un homme "brillant, drôle, cultivé, courageux, passionné", "engagé mais libre dans ses engagements". "Ses amis l'aimaient et tous l'estimaient", a-t-il ajouté. 

A GAUCHE 

Pour l'ancien président François Hollande
, "Patrick Devedjian était un combattant. Il avait surmonté avec courage bien des épreuves. Celle qui l'a emporté était la plus sournoise car la plus invisible. Je salue sa mémoire et celle de toutes les victimes de ce fléau. La lutte engagée appelle la plus grande unité nationale.", a-t-il écrit sur Twitter. 


"Une autre bien triste nouvelle ... ", a déclaré l'ancien Premier ministre Manuel Valls. "J'aimais bien Patrick Devedjian, son franc parler, son humour, son ancrage local. Il était affectueux et d'une grande culture. À sa famille et à ses proches, toutes mes condoléances", a-t-il poursuivi. Quant à la maire de Paris Anne Hidalgo, elle a fait part de son "immense tristesse" et à "adresser toutes mes condoléances à son épouse et à sa famille. Je pense à nos amis Arméniens qui perdent aujourd'hui un de leurs frères".

​​​​​​​

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.