Hommage national aux militaires tués au Mali : "La liberté a souvent le goût du sang versé", s'émeut Emmanuel Macron

Hommage national aux militaires tués au Mali : "La liberté a souvent le goût du sang versé", s'émeut Emmanuel Macron
Emmanuel Macron, aux Invalides, lundi 2 décembre

, publié le lundi 02 décembre 2019 à 16h30

Le président de la République a salué la mémoire des "treize destins français", décédés en opération au Mali.

Au coeur d'une esplanade des Invalides comble, Emmanuel Macron a présidé ce lundi 2 décembre l'hommage national aux treize militaires tués dans l'accident de leurs hélicoptères, dans le Liptako malien, lundi 25 novembre. D'abord accompagné du Premier ministre Edouard Philippe, de la ministre des armées Florence Parly et de sa secrétaire d'Etat Geneviève Darrieusecq, Emmanuel Macron a ensuite passé en revue les troupes rassemblées dans la cour.

Les cercueils sont arrivés un par au son du roulement des tambours, au cours d'une procession de près d'un quart d'heure.

"La liberté a souvent hélas le goût du sang versé. L'histoire de notre pays l'enseigne et le drame qui s'est noué lundi dernier l'a rappelé" a commencé le chef de l'Etat avant de présenter les victimes, "treize de nos plus valeureux soldats, treize enfants de France". "Ils étaient morts pour la France, pour la protection de leurs compatriotes et pour la liberté du monde".


"Au nom de la Nation, je m'incline devant leur sacrifice, devant la douleur des familles, devant les parents qui pleurent un fils, les épouses, les compagnes qui perdent l'être aimés, devant les enfants dont cette guerre a volé le père. J'assure le soutien tout entier de la Nation à leurs frères d'armes". Devant le président de la République du Mali, Emmanuel Macron a également évoqué les pertes de l'armée malienne. Nos soldats "se tiennent debout aux côtés des armées du Sahel qui elles aussi paient le prix du sang".

"Nous sommes à leur côté comme nous sommes au côté de l'armée de Terre", a t-il déclaré, avant de faire l'éloge des treize soldats : Capitaine Nicolas Mégard, Capitaine Benjamin Gireud, Capitaine Clément Frisonroche, Lieutenant Alex Morisse, Lieutenant Pierre Bockel, Adjudant-chef Julien Carette, Brigadier-chef Romain Salles de Saint Paul, Capitaine Romain Chomel de Jarnieu, Maréchal des logis-chef Alexandre Protin, Maréchal des logis Antoine Serre, Maréchal des logis Valentin Duval, Maréchal des logis-chef Jérémy Leusie, et Sergent-chef Andreï Jouk. Tous ont été promus au grade supérieur à titre posthume, et faits chevaliers de la légion d'honneur.


"Ces larmes de tristesse sont mêlées d'espoir et de détermination. L'espoir en notre jeunesse, notre armée", a t-il également dit, alors que des dizaines d'enfants étaient rassemblés dans l'assistance, près d'anciens combattants qui "nous rappellent ce que nous devons à nos aînés et vous inscrivent de notre histoire par delà les siècles". "Les larmes coulent vos terres natales, les terres où vous avez vécu, sur toutes les terres de France", a t-il poursuivi, en présence des élus de Gap, Varces, Saint-Christol et Pau, villes des quatre régiments endeuillés par l'accident.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.