Hébergements, téléphone d'urgence... : Jean Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes

Hébergements, téléphone d'urgence... : Jean Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes
​​​​​​​En France, quelque 220.000 femmes sont victimes de violences et 94.000 sont violées chaque année, selon le collectif #NousToutes.

publié le jeudi 25 novembre 2021 à 08h51

Les places d'hébergement et Les "téléphones grave danger" vont su multiplier pour protéger les victimes. Des opérations de sensibilisations seront également organisée à l'école dès l'année prochaine.

À l'occasion de la journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences".

"L'effort d'ouverture de nouvelles places sera poursuivi, et 1.000 nouvelles places d'hébergement seront ouvertes en 2022, avec un financement équivalent à celui prévu en 2021 afin de permettre un accompagnement de qualité", a indiqué Matignon, qui rappelle qu'"en tout, 9.000 places seront dédiées à l'accueil des femmes victimes de violences fin 2022".

Par ailleurs, 5.000 "téléphones grave danger" seront rendus disponibles en 2022, dispositifs "qui ont fait leurs preuves et qui sont efficaces pour protéger les victimes de leur agresseur", selon Matignon.


La prévention sera également mise en avant, avec une "semaine de l'égalité entre les filles et les garçons (...) dès l'année prochaine à l'école la semaine du 8 mars". 

"Une semaine permettra aux enseignants et aux élèves de se mobiliser autour de projets forts sur l'égalité entre les filles et les garçons, et d'en appréhender les différentes facettes", poursuit Matignon, en précisant que le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, en détaillera "les modalités et le contenu".


"Grande cause du quinquennat, le combat contre les violences faites aux femmes est au cœur de l'action du gouvernement", assurent les services du Premier ministre, en rappelant "la mobilisation collective" par le signalement des violences par le numéro de téléphone 3919, l'amélioration du dépôt de plainte "à l'hôpital dans 215 établissements hospitaliers", l'"orientation des victimes dans les commissariats et gendarmeries", "la mise à l'abri des victimes de violences" avec "l'accès au logement social des femmes victimes de violences" ou la protection des "victimes de leur agresseur" avec "1.000 bracelets anti-rapprochement disponibles depuis le début de cette année".

En France, quelque 220.000 femmes sont victimes de violences et 94.000 sont violées chaque année, selon #NousToutes. Depuis le 1er janvier, 101 femmes ont été tuées par leur conjoint, selon le décompte du collectif "Féminicides par compagnon ou ex".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.