Harcèlement sexuel : Emmanuel Macron pourrait prochainement s'exprimer sur le sujet

Harcèlement sexuel : Emmanuel Macron pourrait prochainement s'exprimer sur le sujet
Emmanuel Macron le 31 octobre 2017 à l'Élysée.

Orange avec AFP, publié le mardi 07 novembre 2017 à 08h09

POLITIQUE. Si le président est resté jusque-là très discret sur la question du harcèlement sexuel, un proche affirme à Europe 1 qu'il prendra la parole prochainement.

Agnès Jaoui, Alexandra Lamy, Catherine Jacob...

Une centaine de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes ou encore médecins ont demandé dimanche 5 novembre au président Emmanuel Macron de décréter "un plan d'urgence contre les violences sexuelles" dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche.

Si la secrétaire d'État chargée de l'Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa affirme que "le gouvernement est sur tous les fronts contre le harcèlement et les agressions sexuelles", le chef de l'État ne s'est pas exprimé sur le sujet depuis que l'affaire Weinstein a remis la question au cœur de l'actualité. Cela ne devrait pas durer.

"Oui il y aura une prise de parole", a assuré un proche, révèle Europe 1 mardi 7 novembre. "Emmanuel Macron était le candidat le plus engagé sur ces questions, au point de faire de l'égalité femmes-hommes la grande cause de son quinquennat", a rappelé l'entourage du président, rapporte également la station. L'Élysée a par ailleurs souligné qu'une loi portée par Marlène Schiappa était aussi en préparation, "une manière de signifier que le gouvernement n'a pas attendu l'affaire Weinstein et ses suites pour agir".



Quand aura lieu cette prise de parole ? La venue de l'écrivaine féministe Leïla Slimani lundi 6 novembre à l'Élysée à l'occasion de sa nomination en tant que représentante de la Francophonie aurait pu être l'occasion d'un discours, mais l'idée a finalement été écartée. Cela pourrait finalement se faire le 25 novembre, journée contre les violences faites aux femmes. Mais rien n'est encore fixé, précise Europe 1.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU