Harcèlement : après Boutin, Dati enfonce le clou

Harcèlement : après Boutin, Dati enfonce le clou

publié le samedi 21 mai 2016 à 17h31

Quand Rachida Dati explique les raisons pour lesquelles elle n'a pas signé la tribune contre le harcèlement sexuel... "C'est vrai qu'on m'a sollicité pour la signer.

J'ai trouvé que c'était une tribune de l'entre soi", a sèchement répondu ce vendredi matin la députée européenne et maire Les Républicains du 7e arrondissement de Paris face à Jean-Jacques Bourdin, qui lui demandait pourquoi elle n'avait pas signé la tribune contre le harcèlement publiée le 15 mai dernier dans le Journal du Dimanche. L'ancienne garde des Sceaux a jugé qu'il n'y avait "rien dedans", "pas de propositions". En pleine affaire Baupin, les 17 anciennes ministres signataires de cet appel intitulé "Nous ne nous tairons plus" proposaient pourtant quelques pistes à étudier. "Ces femmes qui ont signé, on a toutes les moyens de se défendre", a également avancé l'eurodéputée LR, ancienne ministre de la Justice. Pour rappel, le 16 mai, lundi de Pentecôte, la présidente d'honneur du Parti Chrétien Démocrate, Christine Boutin, avait posté un tweet assassin à l'encontre des ex-ministres signataires.



"Honte à ces anciennes ministres qui laissent entendre que les hommes sont des obsédés ! Marre, vraiment marre !", avait-elle ainsi lancé, choquant de nombreux internautes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.