Grogne des policiers : le gouvernement propose une prime de 300 euros

Grogne des policiers : le gouvernement propose une prime de 300 euros
Christophe Castaner s'exprimant à l'Assemblée nationale, le 18 décembre

, publié le mardi 18 décembre 2018 à 16h10

Les forces de l'ordre sont appelées à une journée de mobilisation, mercredi 19 décembre, pour réclamer notamment le paiement des heures supplémentaires effectuées pour encadrer le mouvement des "gilets jaunes". En réponse, l'exécutif leur propose une prime exceptionnelle de 300 euros.

Le gouvernement tente d'apaiser la colère des policiers et gendarmes.

Mardi, l'exécutif a déposé un amendement au budget 2019 qui instaure une prime de 300 euros pour les 111.000 membres des forces de l'ordre mobilisés le mois dernier, pour sécuriser les actions des "gilets jaunes" ou lutter contre la menace terroriste. Cette prime "exceptionnelle" est destinée à "traduire la reconnaissance de la République", indique le texte. Le coût de la mesure est estimé à 33 millions d'euros.



Cette annonce intervient alors que le ministère de l'Intérieur est confronté à une fronde des policiers. Le syndicat Alliance a notamment appelé à un mouvement de protestation mercredi, enjoignant les policiers à "fermer les commissariats" et à ne répondre qu'aux urgences.

Dans un autre amendement présenté mardi, le gouvernement propose de verser une "indemnité exceptionnelle" de 200 euros à quelque 5.000 employés de préfecture, au titre de la "conduite et de l'appui aux récentes opérations de sauvegarde et de maintien de l'ordre public" lors des manifestations.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.