Grève SNCF : entre exaspération et fatalisme, les usagers se confient

Grève SNCF : entre exaspération et fatalisme, les usagers se confient©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
A lire aussi

franceinfo, publié le mercredi 23 mai 2018 à 16h39

Il est 7 heures du matin, ce mercredi 23 mai. Sur les quais du RER D à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), après sept semaines de mobilisation, seul un train sur trois circule. Des dizaines de voyageurs doivent patienter : "Je suis obligé de me réveiller deux heures en avance", s'agace l'un d'entre eux. Certains trains sont en retard, voire supprimés... Mais selon la plupart des usagers, plus besoin de jouer des coudes pour monter dans les rames, comme au début de la grève.

Sept autres épisodes de grève.

À l'intérieur, les voyageurs restent néanmoins serrés. Au bout du 11e épisode de grève, pour certains, les nerfs commencent à lâcher : "Il y en a marre, je suis fatigué, j'ai mal aux pieds, je prends des coups dans le train quand c'est bien rempli ! C'est infernal, ce

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.