Grâce présidentielle : quand Hollande voulait l'abroger

Grâce présidentielle : quand Hollande voulait l'abroger

François Hollande à l'Elysée en décembre 2016 (archive).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 30 décembre 2016 à 18h19

François Hollande a accordé une grâce totale à Jacqueline Sauvage mercredi 28 décembre. Condamnées à dix ans de réclusion pour le meurtre de son mari violent, elle avait bénéficié d'une première grâce partielle en janvier dernier.



Le président de la République n'a cependant pas toujours été en faveur du droit de grâce, comme l'a rappelé FranceInfo: jeudi 29 décembre, relayé par Le Lab ce vendredi.



En effet, en 2006, François Hollande, alors premier secrétaire du PS, avait critiqué l'amnistie accordée par Jacques Chirac à Guy Drut, ancien ministre des Sports du gouvernement Juppé, condamné dans l'affaire des marchés publics d'Île-de-France. Comme l'explique Le Lab, il avait été amnistié "en application de la loi de 2002 qui le prévoit pour les personnes ayant rendu des services à la nation, notamment dans le domaine sportif", Guy Drut étant un ancien champion olympique du 110m haies.

François Hollande avait ainsi déclaré :

"Jacques Chirac a été irresponsable en l'amnistiant car il a fait une faute de comportement. Il a lancé le pire des signaux, c'est-à-dire celui qui finalement, dans notre pays, discrédite la fonction politique, puisqu'elle laisse supposer, cette décision, qu'il y aurait deux justices. Donc je crois qu'il y aura nécessairement à faire des modifications institutionnelles au lendemain de 2007. Le Parti socialiste, j'en fais la proposition aujourd'hui, supprimera le la possibilité de grâce et d'amnistie du président de la République."
 
100 commentaires - Grâce présidentielle : quand Hollande voulait l'abroger
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]