Gouvernement : Nicole Belloubet proche de la sortie

Gouvernement : Nicole Belloubet proche de la sortie©Panoramic

, publié le jeudi 20 février 2020 à 12h55

La garde des Sceaux, en froid avec les avocats notamment, serait en posture très délicate au sein du gouvernement. Au point qu'un départ est désormais évoqué.
 
Cela fait sept semaines que les avocats sont en grève contre la réforme de leur profession et le changement de leur régime autonome de retraite.

En première ligne : la ministre de la Justice, Nicole Belloubet qui cristallise les tensions malgré sa volonté de rapprochement. Une situation qui ne peut plus durer pour la profession, et qui pourrait s'achever plus rapidement que prévu à en croire Le Point. Selon un indiscret du magazine, ses jours seraient désormais "comptés" au sein de l'exécutif. Ainsi, un membre du gouvernement, sous couvert d'anonymat, en est persuadé : "C'est le départ dont je suis le plus certain à l'occasion du prochain remaniement. Elle est ministre du Droit, pas de la Justice", avance-t-il. Un de ses collègues ajoute même : "Elle est très sympa, mais elle déconne". Ambiance.



Pas de quoi donc rassurer la garde des Sceaux, qui avait pourtant fait un pas en avant en envoyant une lettre lundi soir aux magistrats leur assurant tout son "soutien" avec "chaleur", sa "reconnaissance" et son "indéfectible confiance". Elle déplorait cependant un "mouvement qui porte atteinte au fonctionnement de l'institution judiciaire". Et d'ajouter : "Lorsque la sérénité sera revenue, nous aurons à surmonter cette épreuve et à renouer les liens avec les avocats, qui sont indispensables à l'œuvre de justice".
 
"Diviser pour mieux régner"
 
De quoi provoquer l'ire de la profession : "Outre qu'essayer de diviser pour mieux régner, c'est moche. Le soutien ne s'affirme pas, mais se démontre. Et là, on attend", a déploré de façon laconique le premier syndicat de magistrats (USM). Et sa présidente de renforcer ce sentiment de laissé pour compte : "Il n'y a aucune prise en compte de ce que l'on vit au quotidien, elle ne répond à aucune des questions soulevées par les réformes. Elle dit nous soutenir... les mots ne coûtent pas cher", dit Céline Parisot.
 
Comme le rappelle le Huffington Post, début février, Nicole Belloubet avait déjà demandé aux avocats de suspendre leur grève en mettant en avant le "dialogue". Elle en avait appelé à "la responsabilité de chaque avocat au sein de son barreau." Si la garde des Sceaux a pris trois engagements pour ne pas baisser les pensions, ne pas doubler les cotisations et surtout maintenir la caisse de retraite des avocats, elle peine à convaincre. Dans un communiqué, le Conseil national des barreaux (CNB) a souligné qu'il était "inutile de tenter de diviser magistrats, greffiers et avocats" parce qu'ils "subissent l'insuffisance des moyens de la justice". Si son départ est confirmé, Nicole Belloubet serait la 17e membre du gouvernement à quitter le navire depuis 2017, rappelle Le Point.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.