"Gilets jaunes" : le gouvernement ne recevra pas les porte-parole "en l'état actuel des discussions"

"Gilets jaunes" : le gouvernement ne recevra pas les porte-parole "en l'état actuel des discussions"
Benjamin Griveaux le 26 novembre 2018.

, publié le mardi 27 novembre 2018 à 10h25

Le gouvernement ne recevra pas les représentants des "gilets jaunes" "en l'état actuel des discussions", a indiqué mardi 27 novembre le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux."Une fois qu'ils seront organisés et qu'il n'y aura plus de contestation, nous serons ouvert au dialogue", a-t-il ajouté.

Après 10 jours de contestation, uune "délégation" de huit "communicants officiels" des "gilets jaunes" a été créée lundi 26 novembre pour engager une "prise de contact sérieuse et nécessaire" avec les autorités et porter une série de revendications.



Le gouvernement leur a néanmoins opposé une fin de non-recevoir. Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a noté mardi matin sur Franceinfo] "déjà des dissensions, non pas entre ces porte-parole", mais le fait que des manifestants "expliquent qu'ils ne leur reconnaissent pas la légitimité pour porter la parole du mouvement". "On voit là la difficulté à s'organiser", a-t-il souligné. "Sans doute le bon échelon pour commencer, c'est le territoire car c'est là que sont ancrés les gilets jaunes", a-t-il ajouté à propos des débats prévus dans les territoires, en évoquant la diversité des problèmes rencontrés localement. Dans ces conditions, le gouvernement recevra-t-il ces porte-parole ? "En l'état actuel des discussions ça n'est pas le cas", a-t-il répondu.



"Une fois qu'ils seront organisés et qu'il n'y aura plus de contestation, j'ai dit hier que nous étions ouverts au dialogue, et nous le serons", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.