"Gilets jaunes": Jadot (EELV) condamne des comportements parfois "inadmissibles"

"Gilets jaunes": Jadot (EELV) condamne des comportements parfois "inadmissibles"
Yannick Jadot, tête de liste EELV aux Européennes, le 30 mars 2017 à Paris

AFP, publié le lundi 19 novembre 2018 à 23h06

Le député européen Yannick Jadot a condamné lundi ceux qui "attisent" la "colère" des Français hostiles à la hausse de la taxation des carburants, jugeant qu'il y a eu des comportements "inadmissibles" dans les manifestations des "gilets jaunes".

"Quand on est un responsable politique, notre honneur, c'est de répondre aux colères, ce n'est pas de les attiser", a dit M. Jadot, visant le RN, LR, LFI et le PS, qui a eu "comme d'habitude une position mi-figue mi-raisin".

"Il y a eu dans ces manifestations des comportements absolument inadmissibles, homophobes, xénophobes", a-t-il dénoncé lundi dans l'émission Audition publique (Public Sénat/LCP/Le Figaro/AFP).

Interrogé sur la position de fermeté adoptée dimanche par le Premier ministre, M. Jadot a rappelé qu'il était favorable à l'augmentation des taxes sur les carburants au rythme décidé par le gouvernement. Mais il a aussi jugé "totalement aberrant" que le gouvernement n'ait eu aucune nouvelle mesure à proposer pour accompagner la transition énergétique.

"Ce qu'ont toujours dit les écologistes, c'est que chaque euro prélevé doit être rendu aux Français pour les accompagner dans cette transition. Aujourd'hui c'est très loin d'être le cas, donc ça participe d'un ras-le-bol fiscal, ça participe de faire porter le coût de la transition à des personnes qui n'ont pas les moyens de l'assumer et de changer de mode des transports", a-t-il souligné.

Interrogé sur la proposition du secrétaire général de la CFDT Laurent Berger d'une sorte de Grenelle de la conversion écologique, M. Jadot a jugé que c'était une "excellente proposition".

"Il faut remettre aujourd'hui de l'intelligence collective dans ce débat", a dit le chef de file d'EELV aux européennes, en souhaitant que ce Grenelle associe tous les acteurs, y compris les "gilets jaunes".

Allant plus loin, il s'est dit "favorable à ce que l'on crée aujourd'hui la Sécu de l'environnement", qui "serait une sorte d'organisation structurelle de cet accompagnement de la transition".

"Aujourd'hui, l'écologie telle que portée par ce gouvernement est finalement en train de dégoûter une partie de nos concitoyens du combat écolo, voire de la protection de leur propre santé (..) Il y a ce sentiment d'être grugé", a-t-il accusé.

Interrogé sur les soupçons de fraude fiscale pesant sur le PDG de Renault Carlos Ghosn, M. Jadot a parlé d'un "fraudeur en série", un "fraudeur fiscal et un fraudeur en tant que patron de Renault".

"Il faut savoir qu'il y a plus de deux millions de véhicules Renault qui sont en circulation dans notre pays, qui explosent totalement les normes de pollution diesel et CO2", a-t-il fustigé.

"S'il était avéré qu'il est coupable de fraude fiscale au Japon, évidemment il ne (pourrait) pas rester à la tête du groupe", a-t-il estimé. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.