"Gilets jaunes" : il faut "solenniser le référendum", mais pas pour tout, selon François Hollande

"Gilets jaunes" : il faut "solenniser le référendum", mais pas pour tout, selon François Hollande
François Hollande, le 15 novembre 2018 à Athènes.

Orange avec AFP-Services, publié le dimanche 13 janvier 2019 à 11h20

Devant les socialistes de Corrèze, l'ancien chef de l'État a estimé samedi 12 janvier qu'il ne fallait pas systématiser les référendum. "On ne doit pas laisser penser que ceux qui ont eu mandat pour agir par le suffrage universel seraient dépourvus de toute autorité pour décider", a-t-il déclaré, alors que les "gilets jaunes" réclament un référendum d'initiative citoyenne.

François Hollande a faitsa rentrée samedi 12 janvier en Corrèze.

Dans la matinée, il a dialogué pendant une demi-heure, à l'abri des médias, avec cinq "gilets jaunes" à Uzerche où il inaugurait un auditorium, alors que se déroulait l'acte IX de la mobilisation

Interrogé par la presse sur cette rencontre, l'ancien chef de l'État a dit "être venu pour les écouter, comprendre ce qui les mobilise et répondre à leurs interrogations". "Cela s'est fait dans un très bon climat. J'étais face à des hommes et des femmes qui venaient témoigner de leur situation. Beaucoup de femmes qui exercent un métier difficile, souvent auprès des personnes âgées ou en difficultés", a-t-il dit. Pour les "gilets jaunes" interrogés, l'ancien président "m'a semblé très à l'écoute, mais il nous a bien dit qu'il ne pouvait rien faire pour nous. Cela ne changera pas nos problèmes", a confié Jennifer, à l'issue de l'entretien. Selon les "gilets jaunes", François Hollande leur a fait part de la nécessité pour eux "de se structurer et d'avoir des représentants". Concernant le RIC (Référendum d'initiative citoyenne) réclamé par le mouvement, il a indiqué "qu'il ne fallait pas mettre tous les sujets dedans", selon la même source.

Ce qu'il a répété quelques heures plus tard à l'occasion de ses vœux devant la fédération PS du département, à Tulle. "On évoque maintenant les référendums comme si c'était la panacée. Autant de concertation que nécessaire, j'y suis favorable. Autant de référendum ? Non, il faut solenniser le référendum", a-t-il estimé. "On le fait sur la constitution, sur les traités, mais on ne doit pas le pratiquer sur tout sujet", a-t-il insisté. 

"On ne doit pas laisser penser que ceux qui ont eu mandat pour agir par le suffrage universel seraient dépourvus de toute autorité pour décider", a-t-il expliqué, avant de revenir sur sa propre expérience. "Le mariage pour tous, par exemple, était une demande qui n'était pas forcément partagée au début. Si j'avais dit "on fait un référendum", le pays se serait gravement divisé. Je pense que nous l'aurions emporté, mais à quel prix ?", s'est-il interrogé. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.