"Gilets jaunes" : Benjamin Griveaux évacué en urgence après une "intrusion violente"

"Gilets jaunes" : Benjamin Griveaux évacué en urgence après une "intrusion violente"
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, à l'Élysée, le 4 janvier 2019.

, publié le samedi 05 janvier 2019 à 18h58

Un groupe de personnes a défoncé la porte du ministère avec un engin de chantier.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a été évacué en urgence de ses bureaux de la rue de Grenelle, dans le 7e arrondissement de Paris, après une "intrusion violente", rapporte Le Parisien.



Une quinzaine de personnes, certaines habillées en noir, d'autres portant un gilet jaune, ont défoncé la porte du ministère avec un engin de chantier.

"Une grille d'entrée d'une annexe ministérielle, rue de Grenelle, a été forcée. Plusieurs individus ont tenté de s'y introduire vers 16h15, sans y parvenir.

Le porte-parole Benjamin Griveaux a été évacué, 'mis en sécurité'", affirme LCI, citant une source policière.

"Ils ont attaqué la maison France"

Les intrus sont ensuite entrés dans la cour du ministère et s'en sont pris à des voitures, avant de rebrousser chemin.

"Ce n'est pas moi qui était attaqué, c'est la République (...) Ils ont attaqué la maison France", estime Benjamin Griveaux, qui affirme : "Nous ne céderons rien".



"Ceux qui sont rentrés ici aujourd'hui se sont mis hors de la République. J'espère qu'on les retrouvera. (...) Evidemment c'est gravissime. je crois que c'est le fait d'une minorité qu'on invite sur les plateaux télé. ('...) Ceux qui veulent radicaliser le mouvement trouveront toujours face à eux une République qui se tient debout."

La veille, Benjamin Griveaux avait déjà déclaré que le mouvement des "gilets jaunes" était désormais "devenu, pour ceux qui restent encore mobilisés, le fait d'agitateurs qui veulent l'insurrection et, au fond, renverser le gouvernement".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.