Gilbert Collard rejoint Eric Zemmour : "Il faut qu'il démissionne de son mandat de député européen", estime le Rassemblement national

Gilbert Collard rejoint Eric Zemmour : "Il faut qu'il démissionne de son mandat de député européen", estime le Rassemblement national©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

publié le samedi 22 janvier 2022 à 15h45

"Il faut aller jusqu'au bout de cette logique", a estimé Louis Aliot, vice-président du RN et maire de Perpignan, sur franceinfo ce samedi 22 janvier.

C'est officiel : Gilbert Collard est la nouvelle recrue d'Eric Zemmour. "Je le rejoins pour les idées, pour le débat, pour le goût de la liberté et je reste un homme libre", a expliqué l'eurodéputé RN au micro de France Bleu ce samedi 22 janvier.



Louis Aliot, vice-président du RN et maire de Perpignan, a réagi sur franceinfo.

Ce départ ne semble pas être une surprise. "Ça fait trois ans que je m'attendais à ce que Gilbert Collard parte du RN", a-t-il fait savoir.

"Il est dans la contestation permanente et, déjà, aux élections européennes, il avait fait du chantage en disant que si on ne le mettait pas sur la liste, il partait chez Dupont-Aignan. Donc ses convictions sont à géométrie variable", a lâché Louis Aliot.

"Mais il faut aller jusqu'au bout de cette logique ! Il faut qu'il démissionne de son mandat de député européen qu'il a reçu des électeurs du RN", a estimé le vice-président du parti.



Plusieurs départs du RN

Gilbert Collard est attendu à 18h30 au meeting cannois, où Eric Zemmour espère 4.000 personnes pour conclure son déplacement dans les Alpes-Maritimes.

Le député européen avait suggéré son changement d'écurie sur Facebook vendredi. "Demain je vais me baigner à la rivière (...) Rubicon", avait-il affirmé sur le réseau social. D'autres noms circulent aussi au RN à 78 jours du premier tour de la présidentielle.

Le camp Le Pen affecte pour l'instant de prendre de haut ce nouveau ralliement d'un responsable RN, après ceux de l'eurodéputé Jérôme Rivière et de l'ancien identitaire Damien Rieu. Sur Twitter, Louis Aliot a fustigé "les égos (qui) surchauffent et les trahisons". De nombreux élus et militants RN postent aussi des photos de Marine Le Pen avec le mot-dièse #fidelite.

L'enjeu est d'autant plus brûlant à l'extrême droite que selon Ipsos-Sopra Steria, les sondés attirés par la candidature de Marine Le Pen sont 51% à choisir Eric Zemmour en second choix, et ceux tentés par le candidat sont 37% à placer la candidate RN en second choix.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.