Gérald Darmanin ordonne l'expulsion de 231 étrangers radicalisés

Gérald Darmanin ordonne l'expulsion de 231 étrangers radicalisés
Le ministre de l'intérieur à l'Elysée, le 14 octobre 2020

, publié le dimanche 18 octobre 2020 à 16h50

Ce dimanche, Gérald Darmanin va demander aux préfets de France, qu'il réunit autour de la lutte contre le terrorisme, d'expulser dans les heures à venir 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste, rapporte Europe 1.


Il avait annoncé leur expulsion trois jours avant l'assassinat de Samuel Paty, le professeur d'histoire décapité dans les Yvelines. Dimanche 18 octobre, Europe 1 nous apprend que Gérald Darmanin passe à l'action, et va demander l'expulsion dans les prochaines heures de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste. Ces derniers se trouvent dans le FSPRT, le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste. 

Le ministre de l'Intérieur a rendez-vous ce dimanche après-midi avec les préfets de France pour évoquer les sujets en lien avec l'attentat à Conflans-Sainte-Honorine.

L'enseignant d'un collège de cette petite ville de région parisienne a été décapité vendredi 16 octobre pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression. Son assaillant, abattu par la police, avait 18 ans. Il avait un statut de réfugié et n'était pas connu des services de renseignement antiterroristes.

180 personnes concernées actuellement prison, 51 autres vont être arrêtées



Concrètement, 180 personnes actuellement en prison sont concernées. Cinquante-et-une autres en liberté vont être arrêtées dans les prochaines heures. C'est d'ailleurs précisément pour cette raison que Gérald Darmanin s'est rendu au Maroc la semaine dernière, notamment pour discuter de la situation préoccupante des mineurs isolés marocains en France. 

Mardi 13 octobre, Gérald Darmanin donnait pour la première fois les chiffres mensuels de l'activité des forces de l'ordre, notamment sur la guerre engagée contre l'islam radical. 

"Il reste (...) 231 personnes aujourd'hui qu'il nous faut expulser, qui sont en situation irrégulière et suivies pour soupçon de radicalisation", avait-il détaillé. Ils font partie des 851 immigrés clandestins actuellement inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). 

Dans le détail, sur les 22.000 personnes suivies au FSPRT, dont 8.000 fiches sont "actives", 4.111 sont des ressortissants étrangers et 851 sont en situation irrégulière. "Il y a déjà eu 661 mesures d'éloignement prises", avait précisé devant la presse le ministre de l'Intérieur, dont 428 "expulsions du territoire national qui ont été effectuées".

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.