Gérald Darmanin : "Marine Le Pen vit des problèmes"

Gérald Darmanin : "Marine Le Pen vit des problèmes"
Gérald Darmanin a évoqué les limites de "l'argument moral" face à Marine Le Pen

publié le mercredi 17 février 2021 à 20h47

Sur le plateau de C à Vous, le ministre de l'Intérieur est revenu sur son face-à-face télévisé avec la président du Rassemblement national, qu'il avait accusée de "mollesse".

Gérald Darmanin a une nouvelle fois visé Marine Le Pen, sur le plateau de France 5, détaillant au passage sa vision des erreurs des partis de gouvernement face au Rassemblement national. Lors de leur débat télévisé jeudi 10 février, le ministre de l'Intérieur avait accusé à plusieurs reprises la présidente du RN et candidate à l'Elysée de "mollesse", contre l'islamisme notamment.

"Marine Le Pen vit des problèmes.

S'il n'y a plus de problèmes, il n'y a plus de Front national. Nous, nous allons résoudre les problèmes. Je ne me résous pas à ce que 22, 25, 30% des gens votent pour madame Le Pen. Moi je leur dis, revenez voter pour nous!", a lancé Gérald Darmanin, mercredi 17 février.

"Les socialistes et communistes devraient se dire ça! Ma ville a toujours été socialiste et communiste. Pourquoi ces bataillons de Français sont allés voter madame Le Pen? Ils savent très bien qu'elle ne va pas résoudre les problèmes. Simplement, ils ont considéré que nous, les partis de gouvernement, n'avions ni les bons mots ni la même vie qu'eux, et qu'on leur faisait la morale quand ils râlaient", estime t-il.

Les limites de "l'argument moral" face au camp Le Pen

"Les quartiers populaires, les Français de classe moyenne, de plus en plus sont séduits par le discours de Madame Le Pen parce que notre argument contre Marine Le Pen est toujours un argument moral. Oui, l'argument moral compte, mais c'est un argument de gens qui n'ont pas de problèmes ! Les voitures cassées quand on va bosser le matin, le fait que sa fille peut pas rentrer sans se faire embêter, le fait qu'on a l'impression de payer trop d'impôts pour ce qu'on récupère de la solidarité nationale, le fait que ses enfants n'ont pas une vie meilleure que la vôtre voire même égale à la vôtre envoie vers le Front national des millions d'électeurs", abonde le patron de la place Beauvau.



"Si notre réponse est de dire qu'elle est juste pas gentille, on va avoir un problème électoral", a t-il encore ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.