Gérald Darmanin : Marine Le Pen "nulle pour organiser le pouvoir dans le pays"

Gérald Darmanin : Marine Le Pen "nulle pour organiser le pouvoir dans le pays"
Gérald Darmanin le 11 février 2021 sur le plateau de "Vous avez la parole".

publié le mardi 16 février 2021 à 10h43

Gérald Darmanin a affirmé sur RTL vouloir récupérer les électeurs de Marine Le Pen. Sa stratégie ? Leur montrer qu'"elle n'est pas bonne".

"Je souhaite que les électeurs de Marine Le Pen votent pour nous". Invité de RTL, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est expliqué sur le terme "molle" qu'il avait utilisé à l'encontre de Marine Le Pen, lors du débat télévisé sur France 2 qu'il l'avait opposé jeudi 11 février à la responsable du Rassemblement national. Gérald Darmanin avait accusé à plusieurs reprises la présidente du RN et candidate à l'Elysée de faire preuve de "mollesse", contre l'islamisme notamment.

"Toute ma vie politique, ça fait 15 ans maintenant, j'ai combattu le Front national dans ma région, dans mon territoire. Quand je suis arrivé en 2001, le FN faisait 30 % aux élections municipales. A la dernière municipale à Tourcoing, il a fait 7 %", a expliqué le ministre de l'Intérieur qui ne se cache pas de vouloir récupérer les électeurs du Rassemblement national. "Moi je souhaite que les électeurs du Front national votent pour nous. Je souhaite qu'ils comprennent que nous pouvons répondre à leur colère. Et je souhaite montrer que madame Le Pen, en fait, vit des problèmes et ne veut pas les résoudre. Parce que quand il n'y a plus de problèmes, il n'y a plus de Front national".  



"L'argument moral contre le Front national ne suffit pas"

Taxer Marine Le Pen de "mollesse" avait divisé au sein même de la majorité, gênée que le ministre de l'Intérieur se positionne comme étant plus dur que Marine Le Pen. "L'argument moral contre le front national ne suffit pas. Des millions de gens votent pour Mme Le Pen. Elle est au second tour de la présidentielle comme son père la première fois que j'ai voté. On va simplement dire que Marine le Pen n'est pas gentille ? C'est vrai que Marine Le Pen n'est pas gentille, c'est vrai que c'est une ennemie de la république, mais ça ne suffit pas", justifie Gérald Darmanin. "Le président de la république lui-même a débattu contre Mme Le Pen. (...) Monsieur Macron a montré au second tour à quel point Mme Le Pen n'était pas bonne, à quel point elle était nulle pour organiser le pouvoir dans le pays", poursuit-il.  

"Je montre qu'elle n'est pas bonne"


Gérald Darmanin essaie-t-il de banaliser la politique de Marine Le Pen ? "Je ne la banalise pas, se défend-il. Je montre qu'elle n'est pas bonne, qu'elle ne connaît pas les chiffres, qu'elle ne connaît pas ses dossiers (...) Il faut prendre les électeurs au sérieux, leur monter que ces dirigeants (Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon) sont des populistes qui ne sont en fait que des faux durs et que nous devons les entendre pour qu'ils puissent voter pour nous, et que c'est nous, des gouvernements républicains qui pourront répondre, dans un état de droit, à leur question", plaide le ministre de l'Intérieur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.