Gérald Darmanin : la baisse des impôts est une "réalité"

Gérald Darmanin : la baisse des impôts est une "réalité"
Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Orange avec AFP-Services, publié le dimanche 07 avril 2019 à 09h25

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, assure dans un entretien au Journal du dimanche ("JDD") que la baisse des impôts sous Emmanuel Macron "est une réalité". Dans les colonnes de l'hebdomadaire, il détaille son plan d'action. 

"Le président de la République nous a demandé de rétablir les comptes publics au service d'une ambition : baisser les impôts", explique le locataire de Bercy, dimanche 7 avril dans le JDD, avant de rappeler les mesures prises par le gouvernement : la suppression des cotisations salariales pour le chômage et la maladie, la taxe d'habitation, l'ISF, l'allègement de l'impôt sur les sociétés...

"Nous sommes le gouvernement qui a le plus diminué les impôts au cours de ces vingt dernières années", assure-t-il. 


Pour Gérald Darmanin, il est normal que les Français aient encore du mal à percevoir la diminution d'impôts. "Depuis des années ils entendent de beaux discours et ne voient rien venir, si ce n'est des hausses de fiscalité des deux quinquennats précédents", explique-t-il. "Nous devons donner plus de preuves et accélérer", poursuit le ministre.

Pour une remise à plat de la fiscalité

Alors que le "grand débat" s'achève, le locataire de Bercy explique que "la remise à plat de la fiscalité est en cours". "Supprimer la taxe d'habitation - ce sera le cas pour 100% des Français d'ici à 2022 -, c'est redonner 17 milliards d'euros aux ménages. Personne avant nous n'avait jamais supprimé un impôt aussi important", se félicite Gérald Darmanin. "Faire disparaître l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune, NDLR), mettre en place une taxation des Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple, NDLR), c'est révolutionner notre fiscalité", ajoute-t-il. "Moderniser la fiscalité c'est important. Mais le verbe qu'il faut conjuguer quand on touche aux impôts, c'est le verbe baisser", poursuit le ministre. 

Parmi les autres pistes évoquées pour diminuer les taxes : rendre l'impôt sur le revenu plus progressif, supprimer la redevance audiovisuelle, baisser les droits de succession. Selon Gérald Darmanin, "ce qui mine la progressivité de l'impôt sur le revenu, c'est l'optimisation fiscale que la multiplicité des niches fiscales rend possible". S'exprimant sur la suppression de l'ISF, le ministre ne pense pas que le gouvernement reviendra dessus et tient à rappeler que cet impôt a été remplacé par un autre, portant sur la fortune immobilière. 

Des mesures aux effets déjà visibles

Pour le locataire de Bercy, les salariés et les ouvriers ont déjà vu leur pouvoir d'achat augmenter grâce à la baisse des cotisations salariales. "Baisser l'impôt sur le revenu pour la classe moyenne, c'est une bonne piste", avance-t-il. Mais comment financer tout cela ? "Il n'y a pas 50 options : soit on fait plus d'économies, soit on travaille davantage", analyse le ministre. Interrogé sur la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, le ministre se montre peu convaincu. "Ce n'est pas l'idée la plus facile à mettre en oeuvre, ni le meilleur moyen de soutenir le pouvoir d'achat", explique-t-il. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.