Gérald Darmanin face à Marine Le Pen : pourquoi la majorité joue (très) gros

Gérald Darmanin face à Marine Le Pen : pourquoi la majorité joue (très) gros©©Panoramic

, publié le jeudi 11 février 2021 à 09h00

Jeudi 11 février, dans l'émission "Vous avez la parole" sur France 2, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, sera opposé à Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national. L'exécutif n'a pas le droit à l'erreur à 15 mois de la présidentielle de 2022.
 
C'est un face à face très attendu...

Mais aussi très redouté par la majorité La République En Marche (LREM). Jeudi 11 février, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sera face à Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national (RN) dans l'émission politique "Vous avez la parole" sur France 2, à 21h05. Ce débat intervient alors que l'élection présidentielle de 2022 approche à grands pas, et que LREM cherche à consolider sa base face à la candidate qui était opposée à Emmanuel Macron au second tour en 2017. Un nouveau duel n'est pas à exclure lors de la prochaine échéance, du moins c'est que laissent penser de récents sondages.
 
L'émission sera peut-être aussi une opportunité pour LREM de toucher les électeurs RN pour les ramener dans son giron, avance RTL. La majorité, et notamment par les propos ou les actions du ministre de l'Intérieur, est souvent accusée de virer plus à droite dans le but de siphonner des voix à l'électorat d'extrême-droite. D'ailleurs, dans Le Figaro, Nathalie Saint-Cricq, journaliste pour France Télévisions et corédactrice en chef de l'émission, a expliqué que "le débat doit permettre d'avoir une explication du gouvernement soupçonné de courir après l'extrême droite ou la droite."


 
"Proposer des solutions qui ne font pas fi de l'État de droit"
 
Et le contexte politique actuel est propice à des débats sur des thèmes que Marine Le Pen soulève régulièrement. Citons par exemple le Beauvau de la sécurité incluant la relation entre la population et la police, mais aussi la loi "confortant le respect des principes de la République", vulgairement appelée "loi sur les séparatismes". Ce sont des thèmes que l'extrême-droite maîtrise et tente de mettre en avant depuis de longues années. Dans les colonnes de 20 Minutes, Marine Le Pen lançait déjà le match : "Gérald Darmanin doit répondre des résultats de son ministère : l'immigration, l'insécurité, l'islamisme." De son côté, dans Le Parisien, le ministre déplorait "l'escroquerie intellectuelle" que représentait Marine Le Pen. RTL rappelle également que la présidente du RN avait refusé de débattre avec Jean Castex en septembre 2020, de quoi gonfler les ambitions du locataire de Beauvau.
 
Dans le même temps, Gérald Darmanin, propulsé pour l'occasion porte-parole du gouvernement, doit montrer qu'il combat le Rassemblement national. Avec l'idée de pointer du doigt certains sujets sensibles sans faire le jeu du RN, expose 20 Minutes. Le média précise également que dans l'entourage du ministre de l'Intérieur, l'objectif est clair : "montrer aux Français nos solutions contre l'islamisme." "Des solutions républicaines, fortes, courageuses mais qui ne font pas fi de l'État de droit", alors que le RN a récemment proposé "son" plan de lutte contre l'islamisme radical.
 
Les Français ne veulent pas d'un duel Macron/Le Pen
 
De fait, LREM cherche à mobiliser, notamment en ligne et sur les réseaux sociaux, et le jour J pour "debunker" d'éventuelles fake news propagées par Marine Le Pen, détaille franceinfo. En outre, l'angle d'attaque de Gérald Darmanin, devrait, selon RTL, être que "la plupart des solutions prônées par Marine Le Pen sont inconstitutionnelles, que ce soit en France ou par rapport au droit européen, et international."
 
Le ton est donc posé, et pour l'exécutif, ce débat est crucial. "Ce n'est pas un plateau comme un autre", confiait un témoin proche du parti présidentiel cité par franceinfo. Avec un sujet au centre de toutes les attentions à 15 mois de la présidentielle : la sécurité. Enfin, la majorité doit composer avec un autre problème : les Français ne veulent plus d'une affiche Emmanuel Macron contre Marine Le Pen en 2022. Selon un sondage Ifop-Le Figaro 7 Français sur 10 y sont opposés. Avec, en plus, un plafond de verre qui menace toujours de percer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.