Gérald Darmanin appelle la majorité à "l'humilité", après les résultats défavorables aux régionales

Gérald Darmanin appelle la majorité à "l'humilité", après les résultats défavorables aux régionales
Gérald Darmanin estime que LREM a un "problème de culture politique"

publié le samedi 03 juillet 2021 à 10h30

Dans une interview accordée au Figaro, le ministre de l'Intérieur a évoqué les résultats décevants du parti de la majorité aux élections : "Il faut revoir la façon de faire fonctionner En marche !". 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a appelé la majorité à l'"humilité" après les élections régionales, marquées par une abstention record et des résultats défavorables au parti présidentiel, qui a un "problème de culture politique", dans une interview au Figaro le 2 juillet.


"Au sein de la majorité, nous devrions tous en tirer des leçons. Nous gagnerions à l'humilité", déclare le ministre, élu aux élections départementales dans son canton de Tourcoing, dans le Nord. "Il faut revoir la façon de faire fonctionner En marche!", poursuit-t-il, assurant qu'"une des solutions serait moins de visios, plus de bistrot!" 

LREM : problème de culture politique 

"Il faut être plus concret.

Un mouvement politique doit être enraciné. Partout où le numérique a remplacé le contact physique, la sanction a été forte", insiste Gérald Darmanin, pour qui LREM à un "problème de culture politique". 

Il dénonce les "statuts du parti" qui "prévoient par exemple qu'un référent local ne peut être un parlementaire". "Le parlementaire, élu, c'est justement sur lui qu'il faut s'appuyer. Remettons le député au centre du mouvement". 

Le ministre, exclu du parti les Républicains pour avoir rejoint le camp d'Emmanuel Macron, dit aussi "regretter" que Xavier Bertrand (LR), réélu dans les Hauts-de-France et candidat déclaré à l'Elysée, dont il est proche, "ne soutienne pas" le président de la République. 

Soutien à Emmanuel Macron

"Les valeurs de la droite républicaine se retrouvent chez Emmanuel Macron: le travail et l'effort, l'ordre et la sécurité...", développe-t-il en assurant qu'il soutiendra le président de la République "avec force dans la campagne de 2022".  

Interrogé sur les réformes à mener avant la fin du quinquennat, l'ex-ministre des Comptes publics appelle à les "poursuivre" et à "relancer l'économie au moment où nous avons des comptes publics très détériorés du fait de la crise sanitaire".  "On devra sans doute travailler plus. La réforme des retraites fait partie des possibilités", dit-il. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.