Fraude au chômage partiel : Elisabeth Borne promet de renforcer les contrôles

Fraude au chômage partiel : Elisabeth Borne promet de renforcer les contrôles
La ministre du Travail s'est dit "scandalisée" par les fraudeurs au chômage partiel en France pendant la crise du coronavirus

, publié le vendredi 10 juillet 2020 à 12h30

A peine nommée ministre du Travail, Elisabeth Borne lance un avertissement vendredi 10 juillet : elle compte bien accroître les contrôles des entreprises pour les fraudes au chômage partiel, mis en place au plein coeur de la crise sanitaire. 

Elle est catégorique : "ceux qui fraudent seront sanctionnés". Elisabeth Borne, tout juste nommée ministre du Travail, compte bien poursuivre la chasse au fraudeurs au chômage partiel initiée en "mai dernier". "On va accroître le contrôle sur ces entreprises" a-t-elle assuré ce vendredi. 

Invitée sur Europe 1, Elisabeth Borne a répété trouver "scandaleux" ces comportements, au moment où "tous les Français ont à coeur que notre pays sorte plus fort de la crise". Ce dispositif de chômage partiel avait été mis en place en pleine épidémie de Covid-19, visant à éviter de licencier un salarié grâce à une prise en charge de l'Etat à hauteur de 84% de son salaire. 


Des "sanctions pénales" pour les fraudeurs

 "Ceux qui fraudent seront sanctionnés. Ils auront des sanctions pénales, et ne toucheront plus d'aides de l'Etat", a prévenu la ministre, promettant d'"accroître" les contrôles. 

Dès le confinement et pour pallier l'arrêt d'activité en découlant, le gouvernement a élargi la possibilité de recourir au chômage partiel en France. Selon le ministère du Travail, 7,2 millions de Français ont été en chômage partiel un ou plusieurs jours par semaine en mars, 8,7 millions en avril et 7,8 millions en mai.

Fin juin, l'ancienne ministre du Travail Muriel Pénicaud avait indiqué dans Challenges que les 3.000 premiers contrôles sur les demandes de chômage partiel avaient débouché sur "850 suspicions de fraude" et quatre procédures pour "escroquerie".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.