François de Rugy se défend avec un faux alibi

François de Rugy se défend avec un faux alibi©Panoramic

Le HuffPost, publié le mardi 30 juillet 2019 à 18h50

Souhaitant se justifier face aux accusations sur le financement de son dîner de Saint-Valentin, François de Rugy a utilisé une mauvaise explication.

François de Rugy n'a pas totalement réussi sa défense lundi 29 juillet sur le plateau de BFMTV. L'ancien membre du gouvernement a été interrogé sur un luxueux dîner de Saint-Valentin dont il a profité en 2018.

Face à ses suspicions, il s'est justifié en invoquant des contraintes liées à son planning de président de l'Assemblée nationale. Il n'aurait pas eu le temps de se rendre par exemple dans un restaurant à ses frais. « Comme d'habitude, j'étais entre deux séances hein, l'après-midi et le soir. C'est pour ça qu'il y a des appartements de fonction d'ailleurs », affirme-t-il.


Pourtant, François de Rugy n'a présidé qu'une seule séance durant l'après-midi du 14 février 2018. Il l'a démarré à 15h02 pour un départ à 16h10, comme l'attestent les images retransmises par la chaine LCP. L'ultime séance parlementaire allant de 16h10 à 19h20 n'était d'ailleurs pas dirigée par l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire. Il était donc libre d'aller où il le souhaitait lors de sa soirée romantique avec sa compagne.

Au vu de son alibi erroné, François de Rugy a tenté d'expliquer qu'il évoquait une pratique générale avant tout. « Je ne parlais pas de cette séance en particulier - cela date d'un an et demi - mais du fait que je dînais souvent à l'appartement de fonction avant, après ou entre deux séances », déclare-t-il au HuffPost.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.