François de Rugy enfariné à Nantes

François de Rugy enfariné à Nantes
François de Rugy à Paris, le 4 mars 2020.

publié le samedi 12 juin 2021 à 10h10

François de Rugy a annoncé avoir porté plainte.

L'ex-ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a été enfariné vendredi 11 juin à Nantes, alors qu'il se trouvait à une terrasse avec des militants dans le cadre de la campagne pour les élections régionales. L'enfarineuse présumée a été interpellée.

"Merci aux policiers qui ont interpellé 'l'enfarineuse' qui s'en est prise à moi, alors que j'étais dans le centre-ville de #Nantes, en terrasse, avec des militants après une action de campagne. Je dépose plainte. Le débat, toujours. Les agressions physiques, jamais", a annoncé la tête de liste de la majorité dans le Pays-de-la-Loire sur son compte Twitter. Selon France Bleu, l'agression a eu lieu dans le quartier nantais de la Bouffay vers 20h.


"On voit bien que c'est prémédité et que c'est la gauche radicale, on ne se promène pas avec un paquet de farine dans son sac à main", a réagi samedi l'ex-ministre. "Il y avait quelqu'un qui filmait, et moins de deux heures après c'est quasiment revendiqué avec une vidéo qui, en plus, était montée sur la page Facebook de Nantes Révoltée qui est le canal d'expression de l'extrême-gauche nantaise".

"Il y a un contexte général qui est de s'en prendre de plus en plus aux élus, sans limites. On a vu ce qui s'est passé avec Emmanuel Macron, dans les deux cas ce sont des personnes très politisées, des gens pour qui la violence fait partie des modes d'action politique. Je considère qu'il ne faut pas laisser passer ça. Il y a une banalisation de la violence en politique, en particulier contre les députés contre lesquels il n'y a jamais eu autant d'attaques", a regretté le candidat LREM. Selon François de Rugy, la personne qui l'a enfariné est âgée "d'environ 25 ans et a déjà été condamnée pour des faits de violence en manifestation".

Sur Twitter, le préfet de Loire-Atlantique Didier Martin a exprimé "son soutien à François #DeRugy" confirmant que ce dernier a été  "victime d'un acte de malveillance". "Dans une #democratie rien ne justifie qu'on s'en prenne aux élus Merci à @PoliceNat44 pour son action rapide", a tweeté le préfet.

L'agression de l'ex-ministre de la Transition écologique, a immédiatement été condamnée par la classe politique. La maire de Nantes a réagi sur Twitter, condamnant "l'enfarinement dont a été victime @FdeRugy Les agressions physiques sont inacceptables et n'ont rien à voir avec le débat politique et la vie démocratique".


"Cette nouvelle agression contre un élu est une honte. Solidarité avec François de Rugy", a également réagi la présidente de la région Pays-de-la-Loire, Christelle Morançais sur le réseau social.

Selon le compte d'ultra-gauche "Nantes Révoltée", "Après le homard et le champagne (...) une citoyenne à rappelé à @FdeRugy qu'il n'est pas bienvenu à #Nantes", peut-on lire dans un tweet accompagné d'un clip vidéo présenté comme l'agression de l'ex-ministre à Nantes. Alors ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy avait démissionné le 17 juillet 2019 après une série de révélations de Mediapart : dîners fastueux organisés alors qu'il présidait l'Assemblée (photos de homards et grands crus à l'appui), utilisation contestée de ses frais de mandat de député, coûteux travaux dans son logement de fonction, logement à vocation sociale loué à Nantes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.