François Baroin "frappé" par "la solitude" d'Emmanuel Macron

François Baroin "frappé" par "la solitude" d'Emmanuel Macron
François Baroin le 20 février 2019 à Paris.

Orange avec AFP-Services, publié le lundi 06 mai 2019 à 12h10

Pour le maire de Troyes, le système Macron "s'est bloqué" alors que le président se serait "mis à distance des corps intermédiaires".  

"Ce qui me frappe le plus, c'est la centralisation et la solitude." François Baroin, président LR de l'Association des maires de France a estimé lundi 6 mai sur RTL que l'élection du président Macron, dont on marque le 2e anniversaire mardi, était "une grande promesse".

Emmanuel Macron "a montré beaucoup d'audace, il y a eu l'intuition assez forte de l'effondrement d'un système mais qui a été remplacée par une centralisation et une impression de solitude deux ans plus tard qui est assez impressionnante", a jugé l'ancien ministre. 

Un plaidoyer pour une "nouvelle méthode" 

"Il y a eu de bonnes mesures sur le plan économique au début, la fiscalité sur les entreprises, la flat tax sur les dividendes, la réforme du droit du travail et puis ensuite, ça s'est bloqué", a indiqué François Baroin. Selon le maire de Troyes, le chef de l'État "s'est mis à distance de ce qu'on appelle encore les corps intermédiaires". "Ce qui me frappe le plus, c'est la centralisation et la solitude", a-t-il insisté, plaidant pour la mise en place d'une "nouvelle méthode" après le grand débat. 



Selon François Baroin, Emmanuel Macron droit profiter de la crise des "gilets jaunes" pour opérer un "tournant" du quinquennat. "Il y a 15 jours, j'avais demandé un tournant fiscal, social et territorial" pour sortir de la crise des "gilets jaunes". Aujourd'hui, Emmanuel Macron "a une occasion de faire d'un événement politique qui lui est imposé (la crise des 'gilets jaune', ndlr) un événement historique qui structure un mandat", a-t-il affirmé. 

Les maisons France, rien de nouveau 

Celui-ci plaide ce lundi auprès du Premier ministre en faveur d'une décentralisation apte à "aider" Emmanuel Macron à sortir le pays de la crise. À Matignon, où Edouard Philippe réunissait dans la matinée syndicats, patronat, associations d'élus pour lancer sa "mobilisation générale" pour l'emploi et l'écologie, François Baroin a affirmé sur RTL qu'il allait "porter au titre des maires, une ambition de décentralisation, une révolution et qui est peut-être celle qui peut aider Emmanuel Macron".


"On est dans une impasse", "l'Etat doit muter profondément, se concentrer sur l'essentiel", sur "ses missions fondamentales, l'ordre, la sécurité, la défense, l'éducation, la santé... ". "On nous supprime la taxe d'habitation", a-t-il de nouveau regretté, "les Maisons France annoncées par le président existent déjà depuis très longtemps. Là, il n'y a aucune révolution, rien de nouveau", a-t-il dit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.