FN : les adhérents consultés sur le nouveau nom du parti le 9 mai

FN : les adhérents consultés sur le nouveau nom du parti le 9 mai
Marine Le Pen considère que le nom « Front national » « est pour beaucoup de Français, même de toute bonne foi, un frein psychologique ».

leparisien.fr, publié le jeudi 03 mai 2018 à 17h26

« Approuvez-vous le nouveau nom Rassemblement national ? ». Telle sera la question posée aux 45 000 adhérents à jour de cotisation du Front national.

Les avis risquent d'être partagés. Le Front national va consulter à partir du 9 mai ses adhérents sur le nouveau nom « Rassemblement national » proposé par sa présidente Marine Le Pen. Le résultat sera annoncé lors d'un conseil national, un parlement du parti élargi, le 1er juin à Lyon (Rhône).

« Approuvez-vous le nouveau nom Rassemblement national ? » sera la question posée aux quelque 45 000 adhérents à jour de cotisation, qui devront cocher la case « oui » ou « non », a précisé à Jordan Bardella, également directeur du Front national de la jeunesse (FNJ).

Les bulletins de vote seront envoyés par courrier le 9 mai et les adhérents devront y répondre avant le 31 mai. Ils seront dépouillés sous contrôle d'un huissier dans la foulée.

Parachever la « dédiabolisation »

Le principe d'un changement de nom avait été validé par une « courte majorité » de militants (52 %), invités à se prononcer dans un questionnaire. Mais cette consultation avait été sujette à caution car elle n'avait pas été supervisée par un huissier.

Au congrès de son parti le 11 mars à Lille (Nord), Marine Le Pen avait proposé de rebaptiser son parti « Rassemblement national ». Ce changement d'appellation doit parachever la refondation et la « dédiabolisation » de la formation d'extrême droite engagée depuis son arrivée à sa tête en 2011 et relancée après son échec à la présidentielle.

« La rénovation pour laquelle vous m'avez élue, je vous demande maintenant de la conduire à son terme, c'est la condition de notre succès », avait-elle déclaré à Lille.

« Un frein psychologique »

« Ce nom, Front national, est pour beaucoup de Français, même de toute bonne foi, un frein psychologique », avait fait valoir la fille du cofondateur du FN Jean-Marie Le Pen, en expliquant que la nouvelle dénomination devait « exprimer une volonté de rassemblement ».

Marine Le Pen a engagé son parti dans une stratégie d'alliances, à la fois en France où elle prépare une liste d'ouverture à d'autres personnalités non frontistes pour les élections européennes, et à l'étranger, en essayant de rallier d'autres formations nationalistes au Parlement européen.

« Rassemblement national » est une fusion sémantique de « Front national » et « Rassemblement bleu marine », une association de campagne créée pour les législatives de 2012. La formule rappelle le nom du groupe parlementaire frontiste à l'Assemblée nationale entre 1986 et 1988, « Front national-Rassemblement national », au sein duquel figuraient des élus du RPR et du CNI.

L'appellation « Rassemblement national » a été cédée le 22 février à un avocat du FN, Me Frédéric-Pierre Vos, qui à son tour cédera ses droits au FN en cas de vote positif des adhérents.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.