Faut-il s'attendre à un retour de François Hollande ?

Faut-il s'attendre à un retour de François Hollande ?
François Hollande le 28 novembre 2017 à Paris.

, publié le dimanche 08 avril 2018 à 12h50

Les proches de l'ancien président l'assurent au Parisien : François Hollande "n'a renoncé à rien".

"Je ne veux pas compliquer la tâche de mon successeur, et donc je me suis astreint à une réserve, une retenue, que chacun peut comprendre", avait expliqué l'été dernier François Hollande tout en affirmant qu'il n'abandonnait pas la vie politique. Plutôt discret ces derniers mois, l'ancien président va être de nouveau sous les feux des projecteurs ces prochains jours avec la sortie mercredi 11 avril de son livre Les leçons du pouvoir (Stock).

Grâce à cet ouvrage, celui qui fut le chef de l'État le plus impopulaire de la Ve République entend livrer "ses vérités" sur son quinquennat, écrit Le Parisien dimanche 8 avril.



Pour le moment, impossible de savoir ce que contient ce livre. François Hollande n'a pas donné les bonnes feuilles à la presse, comme c'est souvent le cas, mais a choisi de s'exprimer dans L'Obs, sur France Inter et sur France 2, rapporte le quotidien. "Il veut éviter les petites phrases sur ses femmes et sur Macron", explique un proche, qui assure que les mots sur Valérie Trierweiler sont "extrêmement subtils et classes". Son actuelle compagne Julie Gayet devrait également figurer dans Les leçons du pouvoir.

"L'ILLUSION MACRONIENNE VA SE LEVER"

Un livre que Le Parisien qualifie d'"opération réhabilitation". Dans quel but ? "Il n'a renoncé rien", aurait confié les vieux amis de François Hollande "et n'exclut pas de se représenter à la magistrature suprême", écrit le quotidien.

Alors que les hollandais fustigent "l'attitude méprisante" d'Emmanuel Macron, qui ne l'a pas revu en privé depuis son accession à l'Élysée alors qu'il a rencontré Nicolas Sarkozy, Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, l'un d'entre eux met en garde. "Si j'étais eux, je n'insulterais pas l'avenir. C'est comme ça qu'on parlait de Chirac en 1994, un an avant son élection, et de De Gaulle, un an avant son retour", avance ce fidèle.

François Hollande estime par ailleurs que son ex-ministre de l'Économie ne va pas pouvoir tenir sur la durée. "François pense que l'illusion macronienne va se lever et que le réveil sera très, très violent. C'est un animal politique, il sent l'humus", explique un proche. En attendant, l'ex-locataire de l'Élysée marque le président "à la culotte". "En pleine polémique sur le projet de loi asile et immigration, Hollande a caressé l'idée de se rendre dans un centre pour migrants à Paris", écrit Le Parisien, Mi-mars il n'a pas hésité à s'immiscer dans la politique étrangère de son successeur, qui lui a répondu depuis l'Inde en critiquant ceux qui "donnent des leçons".

"François Hollande ? Ce n'est plus un sujet", assure pourtant au journal un proche de l'exécutif.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.